Etre pro-actifs face aux signes du retour / venue de Jésus.

Il y a environ un mois, j’avais prévu de faire une randonnée d’une journée et de faire un col reliant le canton d’Uri à la Surselva. Au moment d’imprimer la carte du parcours, je découvre que la descente sur Sedrun est fermée à cause d’une menace de glissement de terrain. Les géologues grisons ont probablement observé des chutes de pierre anormale et ont décidé préventivement de fermer le sentier. Ils ont été, comme on dit, proactifs. Les proactifs anticipent les circonstances pour ne pas les subir. Attentifs à ce qu’ils observent, ils agissent en conséquence. Le monde de l’économie et de la politique fonctionnent sur cette base de la pro activité. Mais il y a aussi des choses qu’on ne peut pas anticiper : le séisme en Italie par ex. Ou très souvent aussi, nos réactions, car nous sommes des êtres libres et complexes.

Le temps de l’Avent c’est ce temps de l’année où nous sommes censés nous préparer au retour de Christ Jésus, qui nous a dit que sa seconde venue serait précédée de signes. Mais l’Avent c’est aussi ce temps de l’année où nous nous préparons à accueillir Jésus tout à nouveau dans notre vie. Il y a donc 2 niveaux : le niveau de l’histoire mondiale et celui de ma petite histoire à moi. Dans les 2 cas, nous sommes invités à repérer les signes et à réfléchir au message qu’ils nous transmettent. Je vais m’arrêter sur les 2 niveaux.

Jésus nous dit qu’il reviendra un jour et que de signes annonciateurs précéderont son retour. Il nous encourage à y être attentifs. Comme cela fait 2000 ans que nous entendons parler de son retour, nous ne prenons plus au sérieux ces signes. Ou plutôt, nous avons perdu l’habitude de scruter l’histoire pour les découvrir, parce que, finalement, nous nous somme installés dans ce monde, comme s’il devait être éternel. Il est intéressant de voir que le monde fait preuve de plus d’intelligence dans son domaine que les chrétiens dans le leur. Le monde est proactif. Les chrétiens, eux, attendent le retour de Jésus passivement; pourtant Pierre dit : 11 Puisque tout cela est appelé à se dissoudre, comment ne devriez-vous pas vivre ! C’est avec une conduite sainte et avec piété 12  qu’il vous faut attendre et hâter le retour de Jésus.

Ces signes, ils se présentent à nous dans l’actualité et la Bible est claire : le retour de Jésus sera précédé pour ses disciples de temps très difficiles.  Quelques exemples :

·      la foi au Dieu Créateur est de plus en plus attaquée par une prétendue science qui s’est érigée en divinité du savoir. On nous dit que croire au Dieu Créateur favorise les discours religieux radicaux et discriminatoires. C’est quand même oublier que les grands tueurs du siècle passé, Hitler, Staline, Mao, Pol Pot, et les Kim l’ont été au nom de leur athéisme ou de leur foi en la race devenue supérieure par les vertus de l’évolution. Alors que la vision biblique de l’homme fait de lui un être dont la dignité doit être protégée coûte que coûte et qui ne se limite pas à une machine biologique à produire de la richesse pour quelques uns.

·      la main mise de plus en plus tyrannique des milieux économiques sur la vie de tous les jours, milieux qui n’ont rien d’autre à proposer que de perpétuer le modèle actuel : dépenser, consommer pour favoriser la croissance et qui veulent nous y obliger en instaurant des intérêts négatifs sur l’épargne. Saviez-vous que le Deutsche Bank visent l’élimination du cash d’ici 10 ans, afin d’empêcher la population de garder son épargne à la maison ? Je vous dis cela parce que la Bible nous dit bien que le retour de Jésus sera précédé d’un temps où qui ne voudra pas du système mis en place ne pourra plus ni acheter, ni vendre.

·      l’avance de la nouvelle religion de la laïcité qui se fait de plus en plus totalitaire.

Je voyais une autre définition de proactif sur le net : prévoir et agir au bon moment pour convertir les menaces en opportunité, agir pour si possible changer les règles du jeu. Comment nous positionnons-nous, nous chrétiens face aux enjeux sociétaux ? Qu’est-ce que nous entreprenons, pour nous préparer à faire face à ce temps d’intolérance contre la foi judéo-chrétienne qui pointe son nez?

Et Jésus de s’interroger : Quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? (Luc 18,8).

Mais prenons le niveau personnel. La génération de Noé ne se doutait de rien. Elle ne se laissa même pas interpellée par la folle entreprise de Noé de construire une arche. Noé, on l’a classé parmi les fous : construire un bateau sur la terre ferme ! On l’a classé parmi les dérangés… les originaux, les idéalistes. La génération de Noé ne s’est pas laissé interpeler. J’aimerais dire 2 choses sur les interpellations que Dieu nous lance et que nous ferions bien de ne pas évacuer du revers de la main.

·      Dieu nous interpelle par des personnes. Souvent les interpellateurs nous paraissent de prime abord insensés. Et spontanément, on veut les faire taire vu qu’ils dérangent. Luther a dérangé l’Eglise qui a voulu le faire taire. Pas seulement lui… mais à chaque fois qu’un réformateur se présentent dans l’histoire, on veut le faire taire : Jan Huss, John Wycliff, Savonarole, John Wesley, etc. Les gens que le Seigneur envoie à son Eglise et à ses croyants pour les interpeller dérangent l’establishment en place et la pensée bien tranquille qui prévaut. Ces personnes, nous les connaissons dans l’histoire. Ces personnes nous en côtoyons… Que faisons-nous des personnes qui nous interpellent sur notre foi ? Que faisons-nous de leurs interpellations qui mettent le doigt sur l’hypocrisie, l’incohérence, le manque de courage et d’amour, sur l’apathie qui règne parmi nous dans nos Eglises ?

·      Le St.Esprit nous interpelle par des signes qui ponctuent notre manière de vivre et qui disent que quelque chose ne va pas. Le St.Esprit nous interpelle pour que nous préparions une venue plus profonde du Seigneur dans notre existence. Ces signes qui nous invitent à une reprise en main de notre vie chrétienne : vie de prière faible, répulsion pour la Bible, individualisme spirituel, légèreté avec la question de l’honnêteté, de la vérité et de la fidélité ; colères apparaissant de manière récurrente dans notre vie. Ressentiment. Egoïsme. Si on s’arrête, on entend ces signes qui nous disent que quelque chose ne joue pas dans notre vie.

La génération de Noé ne prêta pas attention à ce fou. Elle ne prêta pas d’avantage attention à la violence de son temps et aux souffrances de son temps.

Que faisons-nous face aux interpellations qui se présentent à nous pour laisser Christ régner plus librement sur nous et au travers de nous ? Es-tu un croyant proactif ? Ou subis-tu ta tiédeur, ton découragement, ton fatalisme ? Y a-t-il encore place pour la repentance dans les larmes parmi nous ? A moins que mon attente de la venue de Jésus ne soit que de l’ordre d’une belle idée théologique, qui est devenue totalement inoffensive. Que fais-je quand je repère ces signes qui disent que ma foi est malade d’apathie et d’indifférence ? Comment préparons-nous la venue de Jésus aujourd’hui dans notre existence ? Comment voulons-nous préparer nos enfants à pouvoir accueillir Jésus en eux, mais aussi lors de son retour dans l’histoire des hommes ?

Notre attente du retour de Jésus devrait être proactive comme Noé qui a construit son arche. Je crois que notre engagement doit constituer à proclamer et défendre la sacro sainte dignité de l’être humain, cette sacro sainte dignité que nous tenons de notre Créateur qui nous a voulu libres, libres de penser, libres de croire, libres pour prendre soins des autres, libres pour aimer, libres pour pardonner. Cette liberté, le Seigneur nous demande l’exercer dans la perspective de son retour, de manière responsable. Cette liberté il nous demande de la mettre au service d’autrui et à son service à Lui. Cette liberté qui meurt à petit feu quand laissons l’homme se réduire à un outil de production, à une machine, à un compte en banque. Ou tout simplement à celui qui n’a pas les mêmes droits que moi.

Etre proactif en vue du retour de Jésus c’est aussi vivre notre vie de manière à ce que le Seigneur que nous aimons puisse être fier de nous. Fier de nous parce que nous nous sommes battus pour défendre ceux et celles pour qui Il s’est donné. Parce que nous nous sommes engagés pour eux.

Vous savez, le monde ne peut pas comprendre que nous attendions le retour de Jésus. Le monde ne sera intéressé à Jésus que lorsqu’il nous verra vivre de manière différente, dans l’intégrité et la sainteté, dans l’amour, la charité et le pardon, l’humilité. Cessons de nous confondre avec la génération de Noé.

24  A celui qui peut vous garder de toute chute et vous faire paraître sans défaut et pleins de joie en sa glorieuse présence,

25  au Dieu unique, notre Sauveur par Jésus–Christ notre Seigneur, sont la gloire, la grandeur, la puissance et l’autorité, depuis toujours, maintenant et pour toujours ! Amen (Jude 24-25).

 

2016-12-14T15:18:15+00:00
X