“Vivre sa foi malgré le coronavirus”

Église Évangélique Réformée

paroisse de Bulle – La Gruyère

Texte : Hébreux 13,1-8 (cf.1 Tm 6,11s ; Josué 1, Mt 6,25-34 ; Es 41,8-13)

Chers amis, je ne sais pas quel est votre état d’esprit en ce début d’année. Chacun entame 2020 avec ses espérances et peut-être aussi ses craintes. Ce matin j’aimerais reprendre ces versets de l’épitre aux Hébreux qui sont autant de vérités pour nous encourager et dont il faut nous souvenir quand ou si nous  sommes inquiets de l’avenir. Hébreux 13,5-6 : « Que votre conduite ne soit pas guidée par l’amour de l’argent mais contentez-vous de ce que vous avez. En effet, Dieu lui-même a dit : je ne te délaisserai pas et je ne t’abandonnerai pas. C’est donc avec assurance que nous pouvons dire : le Seigneur est mon secours, je n’aurai peur de rien. Que peut me faire un homme ? ». 3 choses :

  1. Le contentement de sa provision (contentez-vous…)

Bien vivre 2020 commence par accepter l’invitation faite par l’épître aux Hébreux à nous contenter de ce que nous avons. Quelqu’un a demandé un jour à un millionnaire ce qu’il fallait à un homme riche pour être satisfait. Le millionnaire a répondu : « un million de plus que ce qu’il a ». Qui ne serait pas content déjà avec un million ? Hébreux et la Bible en général ne condamne pas l’argent. Mais elle nous recommande de ne pas nous laisser asservir par l’amour de l’argent qui crée tant de problèmes. En fait nous pourrions appliquer cela à l’amour du toujours plus dans n’importe quel domaine.

Le contentement signifie apprendre à vivre avec moins (ou avec ce qu’on a) au lieu de désirer plus. Et c’est difficile dans cette société consumériste et matérialiste qui sans cesse au travers de la pub notamment crée le besoin (et donc le manque) et veut nous faire croire que plus tu en as mieux c’est et que ta vie sera plus sympa. Le contentement est donc un état d’esprit où je crois que je peux vivre heureux et que cela n’a pas de conséquence pour moi si je n’ai pas plus ou mieux. Nous sommes libres quand nos désirs ne se portent pas sur ce que les autres ont peut-être de plus que nous. Nous savons apprécier ce que nous avons au lieu de nous irriter de ce qui manque. Le contentement est donc facteur de paix intérieure.

Mais pourquoi cette tendance à désirer plus ? C’est la peur de manquer. Beaucoup d’entre nous avons bien assez pour vivre et pourtant cette peur est là. La peur que nous avons provient du fait que nous pensons que nos besoins ou les besoins de quelqu’un que nous aimons ne seront pas satisfaits. Ou alors nous craignons que les choses dont nous pensons qu’elles répondent à nos besoins nous soient enlevées. D’où cette tendance à la convoitise et l’avidité.

En fait nous avons un besoin de sécurité. Et nous cherchons notre sécurité dans tout plein de choses, et notamment l’argent. Mais nous savons que lorsque nous recherchons notre sécurité et mettons notre confiance ailleurs qu’en Dieu cela s’appelle de l’idolâtrie. Dieu nous invite toujours à chercher en lui notre sécurité, à dépendre de lui pour toute chose y compris nos besoins physiques.

Paul nous dit en 1 Tm 6 que si nous avons assez pour vivre, nous habiller et manger nous devrions être satisfaits et contents. Quelqu’un a dit : « Si vous avez des vêtements sur le dos, quelque chose à manger, et Jésus-Christ dans votre cœur, vous êtes riche ! ». Le contentement est possible avec peu ou moins que les autres. La preuve en est c’est que nous pouvons avoir tout ce dont nous avons besoin pour vivre mais aussi connaitre l’inquiétude et le mécontentement. Saint Augustin disait : « tu nous as faits pour toi, et notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en toi ». Seul quelque chose, ou plutôt quelqu’un de plus grand peut venir nous satisfaire intérieurement. Pas plus de choses. Est satisfait et content celui qui sait que son bonheur, sa paix et sa joie dépendent d’abord de Celui qui pourvoit. Pas de +, mais de + de lui !

  1. La confiance de sa promesse (Dieu a dit…)

Vous savez ce qu’il y a d’inscrit sur le côté de la pièce de 5.- suisses ? « Dominus providebit » : Dieu pourvoit. Hébreux nous dit que selon sa promesse Dieu pourvoit. Les chrétiens savaient qu’à cause de leur foi ils pouvaient perdre tous leurs biens, mais ils savaient aussi que Dieu pourvoirait à leurs besoins. Dieu pourvoit et pourvoira à nos besoins comme Il pourvoyait par exemple pour Georges Muller qui recevait toujours l’argent nécessaire pour s’occuper de ses orphelins sans qu’il n’en demande d’ailleurs à quiconque directement ! Il dépendait complètement de Dieu pour ses besoins (à genoux).

A ceux qui étaient et sont dans la crainte de l’avenir, le Seigneur fait cette promesse : « je ne te délaisserai pas et je ne t’abandonnerai pas ». Il évoque ici nos besoins matériels. C’est très concret. En Mt 6 Jésus nous dit que notre Père répondra à nos besoins. Attention, il faut juste faire la différence entre besoin et désirs. Dieu pourvoit à nos besoins mais pas à tous nos désirs ! Il peut pourvoir avec une voiture mais pas forcément ton désir de BMW par exemple. Notre désir doit être celui de vouloir toujours plus de Dieu d’abord et de son royaume ! Cherchez d’abord le RdD et tout le reste vous sera donné en plus…

Voyez-vous, cette promesse ce n’est pas un homme qui la fait, c’est Dieu lui-même ! Cette promesse fut déjà adressée à Josué lorsqu’il prit la succession de Moïse et elle est accomplie pour nous en Jésus-Christ. Croyons-nous que le Dieu d’hier et le même aujourd’hui ? Ce qu’il promet hier est et reste valable encore aujourd’hui. Dieu ne change pas. Dieu tient ses promesses.

Ok, Dieu dit qu’il pourvoira matériellement. Nos défis pour 2020 ne sont pas forcément financiers. Je ne sais pas ce qui est devant toi. Tu as peut-être des choses difficiles à vivre en perspective sur le plan personnel, familial, professionnel, de la santé, etc. Quand les choses s’agitent autour de nous, échappent à notre contrôle, ne dépendent plus de vous, alors la peur commence à nous envahir. Cette peur génère toutes sortes de questions : “Vais-je y arriver ? Comment est-ce que je vais m’en sortir ? Que va-t-il se passer ? Que vais-je devenir ?” Mais à chacun de tes défis, le Dieu de Jésus-Christ répondra: « Je ne te délaisserai pas, je ne t’abandonnerai jamais ».

  1. La Compagnie de Sa Présence et son secours

Dieu n’a jamais dit à Josué que ce qui était devant lui serait facile. Sinon il ne lui aurait jamais dit « sois fort et courageux ». Mais à nous comme à Josué la promesse est là : « je serai avec toi, je ne t’abandonnerai pas, je serai ton secours ».

1° Je ne te délaisserai pas. Quoi qu’il arrive en 2020, dans nos problèmes, nos manques, nos soucis, il est et sera avec nous, il ne nous laissera pas seuls, il ne nous quittera pas. Quoi qu’il arrive tu n’auras pas y faire face tout seul. Quand la Parole de Dieu promet que Dieu ne te délaissera pas, cela signifie littéralement qu’Il ne te délaissera pas. Il sera à tes côtés pour affronter et traverser ce qu’il faudra traverser. Parce qu’il s’appelle Dieu avec nous. Pas juste à Noël. Toute l’année.

2° « Le Seigneur est mon secours, je n’aurai peur de rien, que peut me faire un homme ? ». Face à l’avenir, je comprends ton anxiété. Tu peux commencer à déprimer avant l’heure et tout ce que tu voudras. Mais cela ne rajoutera rien à ta situation. Cela ne va pas l’améliorer. Il est notre secours, notre force et notre soutien ! Cette promesse vient du Ps 118,6, un psaume messianique qui trouve son accomplissement en Jésus-Christ. Dieu est toujours avec et pour ses enfants. Il ne fera pas à ta place mais il sera là pour t’aider à faire face, te soutenir et pourvoir. Il utilisera ce qu’il veut, qui il veut pour réaliser sa promesse. N’aie crainte, aie confiance !

Fais confiance dans le Dieu de Jésus-Christ et en ses promesses. Dieu est plus grand que le plus grand de tes problèmes ! Et si l’ennemi vient frapper à la porte de ton cœur, s’il veut t’intimider même à travers des hommes, alors envoie-le promener. Appuie-toi sur ses promesses et rappelle-les-lui comme à toi-même ! Proclame-les dans ta vie, sur ta vie, sur tes situations. Chaque promesse, proclame-les et redis-les à la face de l’ennemi et sur ta vie !

Conclusion : Je résume en une phrase : Dieu dans sa promesse est à nos côtés, nous assiste et pourvoit. Puissions-nous enraciner ces vérités profondément dans notre cœur. Et notre cœur ainsi restera ferme et inébranlable. N’aie pas peur de 2020. Ton Père sera à tes côtés tout au long de l’année.Alors une dernière chose : puisque le Seigneur s’occupe de toi, comme il te donne ce dont tu as besoin et qu’il a tout accompli pour toi en Jésus-Christ, il nous invite à vivre cette année selon son désir, à savoir en mettant l’accent sur l’amour fraternel, l’hospitalité, la compassion. C’est tout un programme (j’en reparlerai dans une prochaine prédication). C’est le signe que nous ne vivons plus uniquement centrés sur nos seuls besoins, mais que nous pensons aux besoins des autres. Mais c’est de cela que les chrétiens devraient se soucier le plus. Parce que nous voulons avant tout investir dans les personnes et les relations. Cherchez d’abord le royaume de Dieu et tout vous sera donné en plus disait Jésus. Qui sait, en aimant, en vivant les valeurs du royaume, vous répondrez peut-être aux besoins de quelqu’un d’autres ? En fait, c’est même sûr ! Car Dieu utilise chacun de nous pour bénir les autres. Comme d’autres vous ont bénis. Amen

Prière : Père, tu es le Dieu qui pourvoit. Merci ! Aide-nous à te faire confiance et à nous contenter de ce que nous avons en étant reconnaissant pour ce que nous avons. En revanche creuse toujours davantage en moi la faim et soif de toi. Je désire toujours plus ta présence et ton amour. Viens faire grandir notre amour pour toi et les autres afin d’être en bénédiction pour d’autres.

Pour aller plus loin : En quoi est-ce difficile de se contenter de ce qu’on a ? En quoi Dieu a-t-il pourvu ? Comment/par qui, Dieu a-t-il répondu à tes besoins par le passé ? Dans quelle circonstance suis-je appelé actuellement à proclamer les promesses de Dieu ? Comment puis-je vivre davantage l’amour/hospitalité/compassion pour autrui ?

X