Bulle 11/02/18 (série combat spirituel) Eph 6,10-14 et 1 P 5,8-11

Imaginez, vous êtes assis dans votre salon et on frappe à la porte.
Toc toc !

– Qui est là ?
C’est moi !

– Qui ça moi ?
Je suis le diable, ahahah !

– Qu’est-ce que tu veux ?
Je suis venu pour voler, tuer et détruire.

– Mais moi je suis suisse !
T’es quoi ?

– Je suis suisse, tu sais, neutre !
Ah, ok, bon, ben, j’irai voir ailleurs alors !

J’aimerais commencer une série sur le thème du combat spirituel. Qqun a dit : « la terre n’est pas un terrain de jeu mais un champ de bataille » ! En matière de combat spirituel il n’existe pas de terrain neutre ! Si Jésus a remporté le combat sur le mal à la croix nous ne sommes pas encore dans le Royaume ! Nous devons affronter un ennemi vaincu qui cherche à voler, tuer et détruire. Dans une bataille il faut d’abord connaitre son ennemi (aujourd’hui) Plus tard nous verrons les tactiques de l’ennemi puis comment nous battre et nous protéger.

  1. L’ennemi

La Bible nous dit qu’il existe une force personnifiée engagée dans le mal qu’on appelle le diable (le diviseur) ou Satan (accusateur) et surtout l’adversaire de Dieu, de sa création et de son peuple (l’Eglise). Il nous hait et fait tout pour nous détruire car nous sommes une menace pour son royaume. Paul dit que Satan  a une armée au service de ses projets : puissante (pas Casper le gentil fantôme), méchante (opposée à tout ce qui est bon/saint) et intelligente (suit des stratégies pour tromper les gens). Elle est nombreuse et organisée (dominations/principautés) et a pour but d’avoir une influence négative sur des personnes/nations/entités collectives/familles/territoires/Eglises en utilisant leurs faiblesses spirituelles (en savoir plus ? me demander + bibliothèque).

Pierre compare le diable à un lion enragé qui cherche à dévorer. Un lion c’est fort (15 fois plus qu’un homme). On ne peut pas le combattre avec nos propres forces. Il est féroce (il mange 30% du poids de son corps – jamais rassasié de ses conquêtes et toujours en chasse). Il est effrayant (son rugissement peut être entendu des km à la ronde). Il veut ainsi faire peur à ceux qui l’entendent – ce que fait le diable avec nous. Par la peur il veut paralyser notre foi. On ne se concentre plus sur la voix de Dieu mais sur lui.

 Quel est le but de l’ennemi ? Le diable fait tout pour nous nuire dans notre marche avec le Christ. Il veut nous faire douter de Dieu et de son amour, nous détourner de notre obéissance, nous empêcher de le suivre et de faire sa volonté et si possible que nous le maudissions (projet du diable pour Job – 1,11). Il fera tout pour empêcher l’annonce de l’Evangile (voyez les pays fermés…), obscurcir l’intelligence du cœur et de l’esprit des incroyants.

Nous devons absolument éviter 3 écueils quand on parle de l’ennemi :

Nier sa réalité : il agit ainsi avec une plus grande liberté !

Lui accorder trop d’importance : voir l’ennemi partout et dans tout ce qui m’arrive. Il se réjouit aussi de cela car du coup nous n’avons plus les yeux fixés sur Jésus qui l’a pourtant vaincu.

Croire qu’il existe 2 forces égales et opposées : Dieu (le bien) et Satan (dieu version mal) ! Dieu/créateur et le diable/créature aux pouvoirs limités.

  1. Le combat

Le terme de « combat spirituel » n’est pas dans la bible mais la réalité y est bel et bien présente ! Le combat spirituel c’est quoi ? c’est l’opposition que le chrétien ou celui qui s’approche du Christ rencontre face aux puissances des ténèbres. Bien sûr on parle de combat contre nous-même ou plutôt contre le péché, le mal qui nous colle à la peau. C’est un combat de chaque jour. La diable n’a parfois rien à faire là-dedans (chair). Mais il y a aussi le combat contre une armada démoniaque qui s’acharne à déstabiliser, séduire, troubler, détruire le chrétien.

Le problème c’est que beaucoup de chrétiens dans ce combat font preuve soit de désintérêt (un sujet qui concerne d’autres églises), soit d’incrédulité, soit de découragement (parce qu’on aurait perdu des batailles, ça arrive) soit d’indifférence (le pire !). Dans tous les cas imaginez un soldat sur un champ de bataille qui considère son ennemi de la même façon… ou un malade atteint d’une maladie…dans les deux cas l’ennemi, qu’il soit militaire ou physique, aura raison d’eux !

Paul dit que nous ne luttons pas contre la chair et le sang (les hommes). Lui-même a été malmené par les hommes qui l’ont emprisonné, battu, maltraité, etc. Mais derrière l’hostilité des hommes contre les chrétiens se cachent en fait celles de puissances mauvaises. Le véritable ennemi ce n’est pas les personnes en face de nous mais bien l’esprit qui les anime. Ce combat se joue dans le  monde invisible. Entrer en conflit contre des personnes physiques et les maudire ne sert à rien ! Utiliser des armes physiques non plus ! Le combat est spirituel et donc nos armes seront spirituelles.

« Nous n’avons pas à lutter ». Le mot lutter ici signifie se battre mais à mains nues. Vous pouvez lutter à mains nues contre un homme mais pas contre l’ennemi de Dieu ! Ce serait comme rentrer sur un ring de boxe contre un champion « catégorie poids-lourd » ! Si Jésus ne combat pas pour vous, vous êtes raide ! Nous devons compter uniquement sur la force et les armes de Dieu pour tenir ferme contre les manœuvres (guets-apens pour nuire) du diable. Mais rappelons ceci : ses possibilités d’action sont nombreuses MAIS limitées à celles que l’homme lui offre (orgueil entre autres).

En devenant chrétiens certains pensent peut-être qu’ils se reposeront sur leur sofa assurés de l’amour de Dieu. Dieu nous aime ! Mais ce n’est pas l’heure du repos ! Si tu as choisi Jésus le combat ne fait que commencer. Il nous a déclarés la guerre. La foi chrétienne est pour ceux qui ne fuiront pas la lutte, pas pour ceux qui veulent une vie facile ! L’ennemi combat ceux qui suivent Christ. Bienvenue sur le champ de bataille. C’est ainsi depuis 2000 ans !

  1. La victoire

La bonne nouvelle c’est que si l’ennemi est féroce, il a été vaincu. Il rugit mais le cri de Jésus à la croix nous assure la victoire. Col 2,15 : « Dieu a dépouillé les autorités et pouvoirs spirituels ; il les a donnés publiquement en spectacle en les emmenant comme prisonniers dans le cortège triomphal de son fils ». Paul dit ici qu’il est désarmé et privé de sa force. A la croix sa faiblesse est exposée publiquement. Il est impuissant devant la supériorité de son conquérant. Aujourd’hui il veut nous convaincre qu’il a le pouvoir de nous vaincre. Mais ce n’est pas vrai ! Il veut nous faire peur. Mais comme chrétiens nous n’avons pas à avoir peur ou à vivre dans la crainte de cet ennemi.

C’est clair qu’il ne faut pas sous-estimer cet ennemi. Mais je veux aussi dire qu’il ne faut pas le surestimer. Paul dit « fortifiez-vous », cela signifie « n’ayez pas peur, ne fuyez pas, ne soyez pas des froussards » car vous avez Dieu à vos côtés et ses armes pour vaincre, donc vous tiendrez ! Je ne dis pas que ce sera facile ni que ce sera sans larmes ni sueur mais nous nous tiendrons victorieux sur ce champ de bataille. C’est donc une promesse de succès assuré car nous avons des ressources disponibles à tout moment qui nous permettent de tenir fermes dans notre combat de la foi. Les armes de Dieu  dépassent de loin nos faibles capacités humaines.

Affronte ton champ de bataille avec la force que Dieu te donne quand tu es uni à lui et par son Saint-Esprit en toi ! C’est lui qui combat avec toi et pour toi ! 1 Jn 4,4 dit « L’esprit qui agit en vous est plus puissant que l’esprit qui domine ceux qui appartiennent au monde ». Christ se tient à nos côtés dans la lutte. Il est en nous ! Je peux chanceler  et être faible mais Jésus, lui, ne peut pas échouer !

En Christ nous sommes plus que vainqueurs ! Alors chers amis, ne faisons pas comme si Jésus n’était pas ressuscité et ne nous avait pas donné le Saint-Esprit ! Arrêtons de penser, prier et agir comme si le diable n’avait pas perdu, comme s’il avait encore le droit de nous dominer ; comme s’il était encore le prince régnant sur ce monde. Non ! Intercédons et combattons dans la prière de combat avec l’assurance que :

nous ne sommes pas dans l’équipe gagnante mais dans l’équipe qui A gagné

nous n’attendons pas de voir qui va gagner, nous le savons déjà !

nous n’avons donc pas à essayer de remporter la victoire mais maintenant nous saisissons la victoire qui est déjà acquise et nous mettons en œuvre cette victoire dans nos vies en comptant sur la force toute-puissante de Dieu qui nous aide à tenir fermes et persévérants dans la foi !

Amen

2018-02-13T14:17:04+00:00
X