Prédication sur Jn 16,12-15 / Prov 8.22-31

La vérité de Dieu n’est pas un savoir.

Dans l’évangile de Jean, Jésus parle beaucoup de vérité : il dit qu’il est la vérité[1], il dit que croire en Lui c’est connaître la vérité qui rend libre[2], il dit que l’Esprit qu’il enverra est caractérisé par la vérité[3], il dit à Pilate qu’il est venu témoigner de la vérité[4], etc. ET ici, Jésus… c’est comme s’il suspendait la vérité : je ne peux pas tout vous dire… pas maintenant. Plus tard, après… 12  J’ai encore bien des choses à vous dire mais vous ne pouvez les porter maintenant ; 13  lorsque viendra l’Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière.

Jésus ici nous dit que nous ne pouvons pas tout savoir, ni tout comprendre. Ce qui va à l’encontre de notre tendance naturelle. Y compris dans notre vie chrétienne. Nous avons parfois l’illusion d’avoir mis la main sur la vérité, de la connaître, de la détenir. Pilate demande avec justesse[5]: Mais qu’est-ce que la vérité?

Vouloir tout savoir cache notre besoin de vouloir tout maîtriser.

Vouloir tout savoir cache notre besoin de vouloir être sûr d’être dans le juste, soit pour mieux juger l’autre, soit pour être parfait…

Vouloir tout savoir cache un besoin de toute-puissance, comme on dit en psychologie.

Combien de fois, notre foi ne se heurte-elle pas au fait que nous ne comprenons pas ce qui nous arrive. Une épreuve, un drame, une mort, une forme d’oppression de la part d’autrui, etc. nous conduit à nous interroger sur la vérité, c-à-d sur le bien-fondé de ce que nous croyons, de qui est Dieu, de qui est Jésus.

Ce texte nous interpelle sur au moins 2 points.

Premièrement. Jésus nous dit ici que la vérité se dévoile à nous dans notre cheminement avec le St. Esprit : Lorsque viendra l’Esprit de vérité, il vous fera cheminer en direction de la vérité tout entière. Ce que Jésus nous dit c’est que la vérité n’est pas d’abord un savoir, ce n’est pas d’abord un contenu intellectuel. La vérité de Dieu se dévoile dans ma rencontre avec le St.Esprit, dans ma rencontre avec Jésus. Elle se dévoile dans mes circonstances, dans ma réalité terre-à-terre, où Jésus se révèle à moi et où il me révèle à moi-même. Dans mon cheminement avec Jésus, au milieu de mes circonstances, de ce que je vis, je découvre qui il est et qui je suis.

Exemple : le jour où tu es confronté à un problème sérieux de santé, avec l’éventualité d’un diagnostique difficile ou avec l’éventualité d’être mis face à une diminution de tes capacités… il se peut que tu découvres quelles sont tes réelles peurs, bien cachées au fond de toi, qui ne montrent pas le bout de leur nez en temps normal, mais qui agissent quand même en toi à ton insu. Il se peut que dans ces circonstances tu découvres aussi une autre vérité : la présence de Jésus à tes côtés, très réelles, avec cette paix très mystérieuse qui émane de Lui – cette paix qui dépasse tout intelligence comme dit Paul aux Philippiens. Il se peut alors que tu fasses un petit bout de chemin pour apprendre que tu peux accueillir cette paix qui s’offre à toi.

La vérité de Dieu n’est pas un savoir, elle se révèle dans notre rencontre et notre cheminement avec Jésus au milieu de notre vie très réelle. Et dans cette rencontre, nous pouvons découvrir que Jésus a du poids dans notre vie. La gloire se traduit aussi par poids. Le St.Esprit donne du poids à Jésus dans notre vie, de la consistance. Jésus n’acquiert pas de la consistance dans notre vie simplement parce que nous lisons notre Bible, MAIS parce que nous cheminons avec Lui dans notre quotidien. OU, pour reprendre l’expression d’un couple avec qui j’avais un entretien, parce que nous nous demandons : Mais il est où Dieu dans ce que je vis ? Question qui indique une recherche. Je cherche à voir où il est, comment il se manifeste, qu’est-ce qu’il veut me dire. Je cherche à discerner sa présence. Je scrute. Je monte la garde sur le seuil de la Sagesse, comme dit Proverbe.

Deuxièmement. Vous et moi ne savons que trop bien combien il nous est difficile de nous laisser instruire, c-à-d de nous laisser structurer dans notre vie intérieure, par des remarques ou des vérités que d’autres nous disent. Ce que les autres nous disent, parfois avec de bonnes intentions, mais en voulant nous corriger quand même, c’est comme une goutte d’eau sur une plaque chaude. Nous avons de la peine à intégrer les vérités existentielles, qui touchent notre être, quand elles viennent d’autrui. Il nous est beaucoup plus facile de les intégrer lorsqu’elles s’imposent à nous de l’intérieur, c-à-d lorsque nous faisons une prise de conscience. Il y a des choses que seul le St.Esprit peut nous enseigner, au moment juste, c-à-d quand nous sommes réceptifs, car il le fait de l’intérieur de nous-mêmes. Cela suppose pour nous autres l’humilité de ne pas tjs vouloir faire la morale aux autres – laissons le St.Esprit faire la morale : il sait la faire mieux que nous. Soyons conscients que seulement ce que nous et les autres apprennent du dedans est réellement efficace. Nous avons donc besoin du St.Esprit.

Le texte de Proverbes 8 nous dit que la Sagesse – et le St.Esprit est Esprit de Sagesse – est celle qui a accompagné Yahvé dans la Création de l’Univers et qu’elle trouve ses délices avec les êtres humains. Et cette Sagesse dit si bellement : Qui me trouve, trouve la vie et libère la grâce de Yahvé… ; ceux qui me manquent se mutilent et ceux qui m’exècrent aiment la mort.

Ce matin, nous avons baptisé 2 petites filles. Ce matin, Dieu Père Fils et St.Esprit a prononcé solennellement une déclaration d’amour sur leur vie. Et il a encore bien des choses à leur dire !!! A vous parents de sensibiliser vos 2 petites à la présence du St.Esprit qui veut les conduire dans une vie où Jésus aura consistance de réalité, où il révélera qu’il a du poids et qu’il fait une différence, car Il est la vérité. Nos circonstances de vie ne sont pas la vérité. Nos émotions non plus : elles nous trompent souvent. La vérité, c’est quand tu découvres qui est Jésus et qui tu es toi… et que tu te rends compte que le Jésus de l’Evangile est le même aujourd’hui auprès de toi. Que sa réalité n’est pas moins grande simplement parce qu’il est présent par Son Esprit. Puissiez-vous, parents, montrer à vos enfants que s’ouvrir à l’Esprit Saint c’est libérer la grâce de Dieu dans notre. Libérer la grâce de Dieu c’est libérer son action, sa présence, son rayonnement, son amour, sa paix, son pardon, sa force dont nous sommes totalement indignes. Se priver de cette grâce, nous dit Sagesse, c’est se mutiler. Se mutiler, se priver de cette Présence de Christ qui nous porte dans nos circonstances, qui nous donne d’espérer contre tout, comme dit Paul aux Romains.

Pourquoi se priver, se mutiler de ce que le Seigneur aurait tant de joie à nous donner ? Juste parce que nous voudrions tout savoir, tout comprendre, et avoir des réponses à toutes nos questions ?… N’est-ce pas faire preuve de stupidité au final ?

Oui le St.Esprit de vérité nous fait accéder à la vérité de Dieu qui se manifeste dans cette Grâce qu’Il libère sur nous.

Amen.

 

 

 

 

 

 

 

[1] Jean 14,6

[2] Jean 8,32

[3] Jean 16,13

[4] Jean 18,37-38

[5] Jean 18,38