L’armure de Dieu pour le chrétien (Eph 6,10-14)

Nous sommes dans une série sur le combat spirituel dans la Bible (site). Combat contre un ennemi qui cherche à nous faire tomber, à ruiner notre relation à Dieu. L’ennemi a été vaincu à la croix mais il n’est pas hors-circuit ! Nous avons rappelé que le croyant ne combat pas pour la victoire, il combat à partir de la victoire du Christ sur notre ennemi avec la puissance de Dieu. Cela nous donne donc un avantage non négligeable ! Dans ce combat Paul nous encourage à nous revêtir d’une armure. Paul se sert de l’équipement du soldat romain comme illustration de l’armure dont dispose le chrétien pour affronter l’ennemi. Déjà en 2 Co 6,7 Paul évoque « les armes offensives et défensives de la justice ». Il s’agit ici de : la ceinture de la vérité ; la cuirasse de la justice ; les chaussures de l’Evangile de paix ; le bouclier de la foi ; le casque du salut ; l’épée de l’Esprit. Aujourd’hui : comprendre les enjeux de cette armure.

  1. Le caractère du combat en Eph 6 

Paul parle ici d’une lutte, d’un corps à corps avec un ennemi. Pour comprendre l’enjeu et le pourquoi de cette lutte il faut relire les 3 premiers chapitres d’Ephésiens. Paul y parle de notre position en Christ. Quelle est notre position ? Paul écrit : « Il nous a ressuscité ensemble et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes dans le Christ Jésus » (2:6 – nous sommes unis à lui dans sa puissante victoire sur la mort et le péché). En 1,3 il dit : « en Christ nous sommes bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes ». Ces bénédictions ne sont pas matérielles mais spirituelles (pardon, salut, adoption, sagesse, don du St Esprit). Après avoir décrit tout cela, il encourage chacun dans les 3 chapitres suivants à vivre et à marcher d’une manière digne de l’appel que nous avons reçus dans des domaines pratiques de notre vie. Cette marche (manière de vivre du chrétien) doit être en harmonie avec la position qui nous a été accordée par grâce.

Et c’est justement là l’enjeu. Dès que nous commençons à vivre de manière conséquente notre position céleste (notre marche avec Jésus)… il nous attaquera. L’ennemi ne peut pas nous prendre notre position, ni nos bénédictions. Mais il veut nous empêcher de jouir de notre position et de vivre pleinement les bénédictions (comme un cadeau dont on ne profite pas). Il veut empêcher que les traits de caractère essentiels du nouvel homme soient visibles en nous dans la vie de tous les jours pour que Dieu en soit glorifié. Parce que quand Christ habite en nous Dieu est glorifié. C’est pourquoi il nous attaque dans notre marche. Si nous devons manifester les qualités divines et célestes du nouvel homme, c’est dans la vie de tous les jours que cela a lieu, dans les circonstances de tous les jours et dans les relations naturelles. C’est là que le diable s’efforcera avec toute sa ruse de nous amener à chuter.

  1. Spécificités de l’armure 

Dans ce combat spirituel, nous avons besoin de l’armure de Dieu. Face aux attaques de l’ennemi, toute arme humaine sera donc inefficace : notre seule volonté, nos propres efforts, notre intelligence ne sont d’aucun secours… Nous pouvons mettre notre confiance dans le Dieu de l’armure ! 2 Co 4,10 Paul dit que « nos armes sont puissantes, grâce à Dieu ».

Les spécificités de l’armure nous font tout simplement penser à Christ : il est lui-même vérité, justice, paix, salut, parole… En Rm 13,14 Paul dit : « revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ ». L’armure, c’est Christ lui-même, le seul à pouvoir nous protéger des assauts de l’ennemi. En Eph 4,24, Paul nous invite à nous « revêtir de l’homme nouveau, créé selon Dieu ». Les puissances des ténèbres ne sont vaincues que dans notre union avec Christ. Donc ne tardons pas à nous équiper et à nous revêtir de Christ.

Prenez toutes les armes, dit Paul. Dieu équipe le croyant mais c’est notre responsabilité de nous en revêtir et de nous en servir. Chaque composante de l’armure protège une partie spécifique de notre être chrétien et aucune partie de notre vie ne doit rester à découvert (cœur, pensées, paroles, esprit). Tous doivent tous être soigneusement protégés afin que l’ennemi n’ait aucune prise à laquelle il puisse s’agripper et nous faire tomber. Chaque partie de l’armure a une fonction spéciale qui nous protège de façon particulière en fonction des assauts. Nous verrons cela une autre fois.

Les flèches de l’ennemi ne manqueront pas d’atteindre même le plus petit espace non protégé de notre vie.  Pensons au roi Achab (1 R 22,34) qui fut tué dans un combat d’une flèche tirée au hasard et le frappa entre les deux parties de sa cuirasse !  Si nos yeux ne sont pas protégés, l’ennemi va tirer des flèches de convoitise qui finiront par enflammer toute la maison. Il tire de tous côtés. Nos yeux sont protégés, ok, mais qu’en est-il de nos pensées ou notre langue si prompte à la critique ? Quels sont les espaces ouverts et non protégés de/dans ma vie que l’ennemi utilise pour m’empêcher de jouir de ma position en Christ et de le refléter dans ma vie ? Dans Hb 12,1 il est dit que « le péché est un ennemi qui nous entoure ». Et il se sert de toutes sortes de tentations pour nous empêcher de vivre et de marcher selon notre appel.

  1. Dans quel but ? Résister et tenir ferme

Paul demande à ce que nous puissions résister dans le jour le mauvais. Des temps de tentations spéciales dans la vie du croyant. Il y aura des jours où nous serons vraiment attaqués dans nos vies. Les choses iront de travers : fatigue, contrariétés, soucis professionnels, relationnels, pressions, etc.

C’est précisément pendant ces moments difficiles qu’il nous faut redoubler d’ardeur, ne pas baisser les bras et devenir ainsi une proie facile pour l’ennemi. Jc 4,7 : « soumettez-vous à Dieu ; résistez au diable et il fuira loin de vous ».

Il nous invite aussi 2 fois à tenir ferme c.-à-d. à ne pas nous relâcher, à ne rien lâcher. A occuper le terrain. Etre victorieux c’est bien ; le rester c’est mieux ! C’est un combat de longue haleine où nous sommes invités à résister jusqu’à la fin. Se tenir sur ses gardes et ne pas croire que la victoire précédente empêchera l’ennemi d’attaquer une nouvelle fois. Il reviendra à la charge. Après n’avoir pas réussi à tenter Jésus au désert, il est écrit « qu’il s’éloigna de lui jusqu’à un moment favorable » (Lc 4,13). On ne dépose donc pas non plus l’armure pour la reprendre en d’autres occasions, car on ne sait pas quand l’ennemi attaquera, et il faut être toujours prêt à nous défendre. Il aime les attaques surprise qui nous prennent de cours. Donc, vigilance !

Tout bon soldat s’équipe de façon appropriée. Vous imaginez un soldat sur le front en t-shirt et nu-pieds ? Cela n’a aucun sens. Il peut arriver que nous oubliions de mettre notre armure par ignorance, négligence ou par choix, mais dans tous ces cas c’est nous exposer à une défaite et à désastre certains. La vie chrétienne c’est du sérieux ! Nous ne réalisons pas assez sous quels feux nous sommes !

Nous devons porter notre armure chaque jour. C’est un choix de tous les jours. Marcher, veiller, prier de façon constante et ne pas s’endormir. Si nous baissons la garde dans un domaine de notre vie et il va en profiter pour nous atteindre et nous causer du tort… L’ennemi n’a aucune compassion et utilisera votre nudité spirituelle pour vous écraser.

L’armure ce n’est pas « un coup je la mets, un coup je ne la mets pas ». Ça ne marche pas comme cela. C’est une chose que d’avoir l’armure à la maison et une autre de la mettre. Comme c’est une chose d’avoir une Bible et une chose de la lire et l’appliquer. Une chose d’avoir la foi et une autre que de la mettre en oeuvre jour après jour. Nous avons la foi. Appuyons-nous dessus et utilisons-là pour vaincre l’ennemi et marcher selon notre appel.

 Une chose de dire je sais qu’il y a une armure, une autre de dire : ok, aujourd’hui, je comprends que je suis soldat, je vais donc laisser le commandant me diriger, lui obéir, le suivre, être conséquent dans mon engagement afin de remporter la lutte.

Pour conclure :  Promesse lorsque nous serons arrivés au ciel nous n’aurons plus à porter l’armure mais nous serons revêtus d’une robe de gloire.  En attendant ne nous endormons pas, restons équipés et laissons Christ régner en nous.  Exhortation-encouragement : Paul dit qu’il faut demander tout cela dans la prière. C’est pourquoi nous devons soigner notre communion journalière avec Christ. Elle seule produit, pour ainsi dire, les pièces individuelles de l’armure chez nous. Ecoutez bien : tout ce que Christ est, il me le donne dans ma communion avec lui. Je suis ainsi revêtu de ce qu’il est et de ce qui va donc me protéger dans ma marche avec lui.

 

2018-08-21T11:04:38+00:00
X