Prédication sur Jonas 1,1-2,1a

Les vacances de Jonas : une fuite sous le regard bienveillant de Dieu.

Chers amis,

Le temps de l’été est arrivé et avec lui le temps des vacances pour plusieurs. Faire ses valises et partir, se dépayser, se reposer. Pour bon nombre de Suisses le repos passe par une sorte de fuite du quotidien, et une prise de distance du pays. J’en fais aussi partie. Dans les vacances, il y a donc une dimension de repos, mais aussi de fuite. Fuite et ressourcement.

Jonas, aussi, fait ses valises. Il décide de s’offrir une croisière à destination de l’Espagne[1]. Cherche-t-il le repos ? En tous cas, il fuit. Il fuit loin de la face de Dieu. Paradoxalement, il dit aussi craindre Dieu, c-à-d dans son langage à lui, c’est croire en Dieu, lui faire confiance, et en avoir un saint respect. Dans la Bible, la crainte de Dieu n’est pas qqch de paralysant, mais quelque chose de porteur et d’éminemment positif, qui me donne un regard ajusté sur Dieu et la vie.  Cela dit, Jonas fuit, il laisse sa place de prophète vacante. Il démissionne. Et pour cause… Jonas vit une crise : il est prophète à la cour du roi de Samarie, Jéroboam II, un roi corrompu et mécréant. Là, Dieu charge Jonas d’annoncer au roi qu’il reconquérira les territoires du grand Israël, allant de Homs jusqu’à la Mer Morte. Et cela se réalise. (Cf. 2 Rois 14, 23-28). Jonas voit que Dieu fait grâce à un roi méchant. Ce qui ne va pas avec la théologie de Jonas, ni avec celle du livre des Rois où Dieu bénit les rois qui lui obéissent et punit les autres. Jonas a donc peur d’aller à Ninive et que Dieu fasse grâce aux Ninivites qui étaient les ennemis jurés d’Israël[2]. Donc… Jonas démissionne et part. Il fuit sa mission, il fuit ce que Dieu l’appelle à être : il est pris dans une crise de valeur.

Jonas achète donc un billet de croisière[3]. Et durant ce voyage, il est confronté à un grand tourbillon, une tempête qui le renvoie à lui-même[4]. Dieu met quelque chose en route durant sa fuite pour essayer de le faire avancer.

Comme Jonas, nous aussi il nous arrive de ressentir l’envie de fuir, d’oublier, de faire le vide. Les vacances en sont parfois le prétexte. Fuir loin de nous-mêmes, fuir Dieu ou l’image qu’on s’en fait, fuir nos responsabilités, notre mission, nos problèmes, nos luttes intérieures…

Jonas va faire une triple expérience :

  • fuir loin de Dieu est illusoire car il est partout avec nous ;
  • fuir loin de soi-même est illusoire, car notre ombre ne fait que nous suivre ;
  • fuir notre réalité n’est que partie remise, elle va nous rattraper. Il en va de même pour nous.

Jonas est arrêté dans sa fuite par une tempête tourbillonnante. Tu connais cela ? Tu es pris dans quelque chose dont tu n’arrives pas à sortir. C’est parfois des circonstances qui ne veulent pas te laisser passer. Mais, c’est le plus souvent en toi. Ici Dieu envoie un fort vent pour barrer la route à Jonas ; dans l’Exode, il envoie ce même vent pour ouvrir la mer devant les Hébreux. Le mot pour vent est le même que celui pour le Saint Esprit, ruah. Le Seigneur met qqch en œuvre par son Esprit Saint comme pour nous barrer la route. C’est très ennuyeux. En même temps si je considère que c’est l’oeuvre du St. Esprit, c’est rassurant tout en étant désécurisant et parfois franchement pénible et épuisant. Dans cette tempête, extérieure ou intérieure, il y a 3 choses qui se passent.

Regardons brièvement cela.

1°. Une envie de dormir. La fuite dans le sommeil. Dormir pour oublier. Dormir pour ne plus voir, ne plus entendre, ne plus savoir. Dormir au fond de la cale. Tu connais ? Le retrait dans le sommeil. C’est un signe que quelque chose ne va pas… que nous fuyons une confrontation. Pourtant, au fond de la calle, il va se passer quelque chose. (Cf. dimanche prochain). Cette fuite dans le sommeil est le signe que quelque chose ne va pas en nous et ça devrait nous interpeller. C’est le résultat de notre démission intérieure.

2°. Jonas est interpellé par l’équipage qui s’étonne de son attitude de repli dans pareille situation. Les autres nous aident parfois avec leurs interpellations à refaire surface. Ils viennent avec ce genre de question : Mais qu’est-ce qui t’arrive donc ? Chrétiens, nous sommes parfois interpellés sur notre foi et nos incohérences ; et même si l’interpellation n’est pas forcément bienveillante, même si elle semble cynique, elle est peut-être un moyen que Dieu utilise pour nous aider à refaire surface.

3°. Et puis, il y tout ce questionnement extérieur ou intérieur, comme un véritable interrogatoire qui nous tombe dessus, sur qui nous sommes : Raconte-nous s’il te plaît, toi par qui ce malheur nous vient, quel est ton métier ? D’où viens-tu ? Quel est ton pays et quel peuple es-tu ? Toi la source du problème, qui es-tu ? Toi qui t’es mis dans ce pétrin, d’où viens-tu ? Toi qui ne dors plus, toi qui angoisses à qui appartiens-tu? Toi qui vit une crise, toi qui fuis, qui es-tu ? D’où viens-tu? Que s’est-il passé? Quels sont tes références ? Tout cela, aussi désagréable que cela paraisse conduit Jonas à une honnête confrontation avec lui-même. Jonas choisit de ne pas fuir ces questions. Il peut en ça nous inspirer la même attitude…

Jonas se retrouve alors face à ce qu’il croit au fond lui-même, et il se rend pleinement compte qu’il fuit Dieu et son identité, sa mission, sa raison d’être et il demande à être jeté par-dessus bord dans la mer démontée. Et là, un grand calme va se faire, on verra ça dimanche prochain. Jonas, en demandant à être jeté à l’eau, s’en remet à son Dieu qui a fait la mer et la terre sèche. Il renoue avec Lui. Et le calme se fait, comme le calme s’est fait quand Jésus, marchant sur l’eau, monte dans la barque des disciples (Cf. Marc 6,51).

Dans ce chapitre, les vacances de Jonas débutent mal : beaucoup de contrariétés et de remises en question. Mais, il y a aussi une présence de Dieu pleine de bienveillance pour Jonas. On la voit au travers de 3 points :

  1. Dieu est maître de la situation et des éléments. Jonas fuit, mais Dieu reste maître, maître du tirage au sort, de la tempête et du poisson. Jonas sait bien que Dieu est maître, mais il peine à l’intégrer et à en tirer les conséquences. Et Dieu ne lui fait pas de reproche. Rabbi Eliezer dit même que lorsque Jonas arrive à Jaffa, le bateau est déjà parti et que Dieu envoie une tempête pour obliger le bateau à revenir à Jaffa afin que Jonas puisse embarquer[5]. Comme pour nous dire que le Seigneur voit le désarroi de Jonas et le laisse prendre son petit bonhomme de chemin car il sait que son Jonas va retomber sur ses pattes. Dieu est avec toi, même dans tes fuites en avant. Il est là. Fidèle, bienveillant. Comme disait un commentaire, avec son amour qui ne se laisse pas arrêter – « relentless love ». Je trouve extraordinaire ce Dieu qui nous laisse fuir et faire notre cheminement, tellement il est sûr qu’on retombera sur nos pattes.
  2. Dieu envoie des personnes pour aider Jonas à sortir de sa léthargie en le secouant sur sa propre foi et il ne se dérobe pas. Au contraire, il dit clairement en qui il croit. Il ne craint pas non plus d’avouer sa fuite. Certaines personnes croisent notre chemin et nous font comme une piqure qui provoque chez nous un sursaut dans notre foi. Soyons attentif à cela. Même si cela vient de personnes non-chrétiennes. Même si ces personnes semblent de prime abord dures, elles montrent de la compassion et finissent même par prier pour lui, tout en ne partageant pas la même foi que lui. Accueillons ces personnes que Dieu place sur notre chemin pour nous témoigner de sa bienveillance.
  3. Et puis ce plongeon avec ce poisson qui semble attendre Jonas. N’est-ce pas là une image de notre baptême ? Jonas, finalement, s’en remet au Seigneur. Le poisson, en grec, ichtus, formé des initiales de Jésus-Christ Fils de Dieu Sauveur. Jésus nous attend quand nous nous abandonnons à Lui. Notre baptême est aussi le lieu où Jésus et son amour pour nous nous conduisent dans une nouveauté de vie, renouvellent notre regard sur nos circonstances, y insèrent son facteur résurrection. Paul dira aux Colossiens : Vous vous êtes revêtus de la nouvelle nature: vous êtes des êtres nouveaux que Dieu renouvelle continuellement à son image, pour que vous le connaissiez parfaitement (Col. 3,10). Dans nos moments de désarroi, de fuite, de confrontation à la tempête, souvenons-nous : à notre baptême, Dieu nous a marqué de son sceau indélébile: nous lui appartenons et il veut nous faire retomber sur nos pattes ; c-à-d il poursuit ce but de nous conduire à découvrir qui nous sommes réellement pour Lui et qui Il nous appelle à être dans ce monde: ses enfants bien-aimés, témoin de sa lumière et de sa bienveillance.

Alors durant tes vacances qu’elle soit repos ou fuite de ton quotidien voire des problèmes qui te font mal…, laisse-toi interroger… tout en étant pleinement assuré que le Seigneur est maître de tout et surtout bienveillant avec toi, disposant les gens avec leurs questions et leur compassion sur ton chemin. Et surtout, n’oublie pas… un jour tu as été lié de manière indéfectible au Seigneur Jésus Christ, à ton baptême. Ton baptême qui a pour but de te faire avancer sur des chemins de résurrection, de renouveau, porté et nourris de la grâce, du pardon et de l’amour de Dieu.

Amen.

 

[1] On pense que Tarsis se situe dans la région de Gibraltar.

[2] Et si Dieu faisait grâce, cela avait pour conséquence que le malheur annoncé ne se réalise pas et que Jonas passe pour un faux-prophète.

[3] Jonas paie sa traversée à l’avance contrairement à l’usage d’alors. Cf. Pirké de Rabbi Eliézer (chap. X), édité par Gerald Friedlander, Londres 1916, p.67. Les Chapitres (ou Pirqé) de Rabbi Éliézer constituent une importante somme de commentaires midrachiques se rapportant surtout à Genèse et Exode.

[4] Selon Rabbi Eliézer, la tempête n’affectait que le bateau de Jonas et non ceux navigant dans les parages.

[5] Pirké de Rabbi Eliézer (chap. X), édité par Gerald Friedlander, Londres 1916, p.66.

Ci-après, le texte de Jonas 1 dans la version Bayard :

1, 1 Voici

Parole de Yhwh à Yonah fils d’Amittaï

pour dire

2 Lève-toi et va

vers Ninwéh, la ville

la grande

et crie sur elle

car leur méchanceté est montée devant moi

3 Il se lève Yonah

il se lève

mais pour fuir

direction Tarsis

éviter la face de Yhwh

Il descend vers Jaffa

trouve une embarcation qui lève l’ancre pour Tarsis

Il paie le prix de la traversée

descend à bord

pour partir avec eux

direction Tarsis

éviter la face de Yhwh

4 Et Yhwh lance un grand vent vers la mer

voici

une grande tempête dans la mer

et l’embarcation

semble vouloir se briser

5 Les matelots ont peur

ils crient

chacun vers ses dieux

Ils lancent les ustensiles à la mer

pour s’alléger

Yonah descend dans la cale du bateau

il s’allonge et s’endort

6 S’approche de lui

le capitaine

et lui dit

Qu’as-tu l’endormi ?

Lève-toi

appelle vers ton dieu

Peut-être

le dieu agira-t-il en notre faveur ?

et nous ne serons pas perdus

7 Ils dirent

chaque homme à son compagnon

Allons et faisons tomber les sorts

nous saurons alors de qui

nous vient ce malheur

et ils font tomber les sorts

et tombe le sort

sur Yonah

8 Ils lui disent

Raconte-nous s’il te plaît

toi par qui ce malheur nous vient

quel est ton métier ?

D’où viens-tu ?

Quel est ton pays

et de quel peuple es-tu ?

9 Il leur dit

Hébreu je suis

je crains Yhwh, Dieu du ciel

lui qui a fait la mer et la terre sèche

10 Les hommes prennent peur

une grande peur

et ils lui disent

Qu’as-tu fait ?

car maintenant les hommes savent

il évite la face de Dieu

il fuit

Ils savent

car il leur a raconté

11 Ils lui disent

Que faire de toi

pour que la mer se taise autour de nous ?

Au même moment

la mer allait et tempêtait de plus belle

12 Il leur dit

Soulevez-moi et lancez-moi à la mer

et la mer se taira autour de vous

car je sais

c’est à cause de moi

que cette grande tempête est sur vous

13 Les hommes rament vers la terre ferme

mais ils n’y arrivent pas

car la mer allait et tempêtait de plus belle

14 Ils appellent vers Yhwh

et ils disent

De grâce Yhwh

ne nous laisse pas nous perdre

en portant atteinte à la personne de cet homme

et ne donne pas sur nous un sang innocent

car toi Yhwh

tu veux et tu réalises

15 Ils soulèvent Yonah et le lancent à la mer

et la mer suspend immédiatement sa colère

16 Les hommes sont pris alors d’une grande crainte

pour Yhwh

Ils offrent des sacrifices à Yhwh et prononcent des vœux.

2 :2 Et Yhwh invite un grand poisson pour avaler Yonah.

 

2018-07-05T10:01:07+00:00
X