12/02/2017 – Chrétien et disciple ! Es 50,4-5 ; Mt 10,32-33 et Mt 28, 16-20 ; Mc 4,33-34

Lors d’un précédent groupe de jeunes, un intervenant a apporté le message : « c’est quoi être un disciple ? ». Dans la Bible le mot « disciple » apparait 268 fois dans le NT et mot « chrétien » (petit Christ) seulement 3x dans le NT. Chrétien, croyant ou disciple ?

  1. Chrétien, croyant et disciple

Pour parler de ceux qui suivaient Jésus, Paul utilisera les expressions telles que les frères, les croyants, les disciples, la Voie, les saints, les élus de Dieu… Le terme chrétien se généralisera que plus tard. A l’époque les mots chrétien/croyant/disciples recouvrent une seule et même réalité. Confesser Jésus Sauveur et Seigneur signifiait s’engager dans une vie de disciple !

Aujourd’hui, il n’y a pas/plus de lien si étroit entre ces termes. Chrétien ne signifie pas forcément être disciple. Beaucoup se disent chrétiens parce qu’ils sont nés de parents chrétiens mais ils ne saisissent pas la portée et l’implication spirituelle de se dire chrétien. Cela n’implique pas d’engagement concret ni de mise en pratique des enseignements de Jésus. Souvent parce qu’ils pensent que cela ne changera rien à leur vie ou alors parce qu’ils constatent que cela risque de trop leur demander ! Enfin, beaucoup de personnes, notamment les jeunes, voient ou considèrent le fait d’être chrétien comme un ensemble de règles et de lois à apprendre et respecter et auxquelles ma vie doit correspondre. Oui, être chrétien, nous pouvons l’être. Mais la question est plutôt : suis-je disciple ?

  1. Etre et faire des disciples

Jésus dit « faites de toutes les nations des disciples ». C’est un commandement, pas une option facultative ! Il est plus difficile de faire des disciples que des croyants ! Ce à quoi Jésus nous appelle c’est d’être des disciples ET de faire des disciples capables de former, à leur tour, des disciples capables. Cela suppose que je suis moi-même un disciple c.-à-d. un croyant engagé dans une  relation vivante avec le Christ ! Je ne fais pas de disciples si je ne suis pas moi-même disciple.

Un disciple désigne indifféremment : le débutant dans la foi, celui qui est plus avancé, et le formateur de disciple même. En effet le mot disciple implique l’idée de marche, d’engagement, d’avancée perpétuelle. Le disciple est dans un processus de toute une vie dans lequel il marche sur les traces de son seul et unique maitre Jésus. Mais c’est avant tout  un apprenti, un élève à l’école de Jésus. Il ne s’agit pas d’une démarche studieuse et intellectuelle (réservé aux PG !). Jésus n’a pas enseigné à ses disciples un savoir intellectuel mais leur a enseigné le cœur du Père, Sa vie et ses voies.

Le disciple cherche à vivre et marcher comme son maitre dans tous les domaines de sa vie (familial, professionnel, relationnel, sociétal, etc.). Ac 11,26 : « c’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens ». Un commentateur écrit ceci : les disciples reçurent l’appellation de chrétiens par ce qu’ils étaient semblables à Christ. Ils étaient ses imitateurs, ils étaient ses apprentis, ses élèves, ses disciples ; ils apprenaient à lui ressembler en paroles et en actes. Ils ne se sont certainement pas appelés eux­mêmes chrétiens, mais ce sont les gens de l’extérieur qui, en les observant, ont fait une relation directe entre les disciples et leur Maître. En effet, ils s’efforçaient de l’imiter en tout. Ils continuaient l’œuvre entreprise par leur Maître. Ils étaient en “apprentissage” chez Jésus. »

Imaginez que vous faites un apprentissage de cuisinier. Vous êtes un apprenti du chef (disciple de Jésus – à différents stades de croissance). Avant de vous lancer en salle, vous êtes intéressés par le chef, par sa cuisine, par sa façon de cuisiner. Votre désir, c’est de lui ressembler, arriver à proposer la même cuisine, les mêmes plats, avec la même réussite. Vous êtes touchés par la rigueur, l’originalité et la saveur que le chef communique par ses plats à ses clients. Vous êtes vaillants, arrivez avant le chef et repartez après lui. Lorsque vous rentrez chez vous, vous ne manquez pas de répandre les mérites du chef et la qualité de ses plats. Lorsqu’il est en voyage, vous savez tenir le lieu, si bien, que personne ne s’aperçoit quand le chef n’est pas là.

 

  1. Les trois caractéristiques du disciple

Obéissant à la parole de Dieu – « Jésus dit aux juifs qui avaient cru en lui : si vous demeurez dans ma Parole, vous êtes vraiment mes disciples » (Jn 8,31).

Les 1ers disciples ont reçu de Jésus un enseignement « béton » et ils étaient mis au défi de lui obéir et de le mettre en pratique. Ecouter le maitre et lui obéir implique pour nous étudier et lire régulièrement la Parole. Comment vivre selon sa volonté si je ne la connais pas ? Comment connaitre le cœur du Père si je ne m’approche pas de lui ? Comment même savoir ce qu’il attend de moi si je ne le consulte pas ? Comment lui obéir si je n’écoute pas ce qu’il veut me dire au travers de sa Parole ?! Le disciple ne choisit pas ce qu’il veut en disant : « ça c’est bien, ça me plait, ça ce n’est pas pour moi, ça c’est beau mais c’est trop dur, ça on verra plus tard…, etc. » !

Aime – «  Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. C’est à cela que tous reconnaitront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13,35)

Les disciples ont en Jésus un modèle. Au chapitre 13 de Jean il leur montre en quoi consiste l’amour : c’est être serviteur des uns des autres. il leur a donné un exemple d’amour concret en lavant leurs pieds. Aimer c’est regarder aux besoins des autres et les faire passer avant les nôtres. C’est passer en second. Aimer est la marque du disciple. Il n’est pas reconnu pour ses compétences, son savoir, ses belles paroles, etc. mais pour son amour ! Un amour qui sert, accueille, encourage, valorise comme Jésus l’a fait.  Faites COMME lui… pas moins, pas plus, comme ! Relisons l’hymne à l’amour en 1 Co13 : nous verrons comment Jésus aime et nous invite à aimer.

Porte du fruit – «  Ce qui manifeste la gloire de mon père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit. Vous serez alors vraiment mes disciples » (Jn 15,8)

Le disciple n’agit pas pour lui mais pour glorifier son maitre. Et il le glorifie quand il porte du fruit. Tout comme le sarment porte du fruit s’il est relié au cep, le disciple porte du fruit quand il est greffé au Christ, à la source de la vie. Le disciple ne peut rien faire tout seul par ses propres forces, il s’en remet à la puissance du Saint-Esprit qui œuvre/agit et qui produit du fruit (Ga 5) : amour, paix, joie, bonté, bienveillance, fidélité, patience, douceur, maitrise de soi.

Dans les 3 cas Jésus nous invite à demeurer : dans sa parole, dans l’amour et en lui. Ce verbe demeurer évoque l’idée d’attachement continuel à la parole et de persévérance dans son l’obéissance et dans l’amour. Nous pouvons prendre un bon départ mais ce qui est propre au disciple c’est sa persévérance. Etre disciple requiert une grande… discipline !

Conclusion : Jésus nous appelle donc à faire des disciples. Mais il nous invite d’abord à devenir des disciples. A reconnaitre Jésus comme notre Maitre, à le suivre et devenir ses apprentis (nous verrons une prochaine fois ce que cela implique que d’être disciple). Le suivre et le servir non pas selon nos intentions, nos idées et nos conditions, mais selon ses souhaits, sa volonté et ses modalités. Si tu es déjà dans cette marche, persévère ! Et commence à apprendre à d’autres à vivre ses 3 caractéristiques. Mais si tu n’es pas encore dans cette démarche de vie de disciple, alors, mon ami, entends aujourd’hui l’appel du Seigneur pour toi ! Amen

 Pour aller plus loin :

  • Si je suis chrétien, suis-je disciple ? Où en suis-je dans le processus ? (pt 2)
  • Laquelle des 3 caractéristiques je pense avoir besoin d’approfondir ? Pourquoi ? (pt 3)
  • De quoi aurais-je besoin aujourd’hui pour grandir à sa ressemblance/comme disciple ?
  • Y a-t-il un domaine de ma vie où je vis comme disciple et pas dans un autre ?
X