Matthieu 1,1-17 – généalogie de Jésus  23/12/18

Je ne sais pas s’il y a des fans de généalogie parmi vous ? Personnellement je sais juste que l’un de mes ancêtres était ministre des finances de Louis XVI (pas plus loin) ! L’Evangile de Matthieu commence avec une généalogie. Pas très passionnant à 1ère vue au point qu’on a même envie d’enjamber les 17 premiers versets. Il faut savoir qu’à l’époque, la généalogie, tous ceux auxquels vous êtes reliés constituent votre Curriculum Vitae ! C’est une façon de dire au monde : « voici qui je suis » ! Ce CV devait impressionner les interlocuteurs par la grande qualité et la respectabilité de son ascendance. Hérode 1er Le Grand a manipulé sa généalogie (CV) en éliminant de nombreux noms de sa généalogie publique pour que personne ne sache qu’il avait un lien de parenté avec eux ! Il préférait passer sous silence des épisodes qui ne le mettait pas en valeur !

  1. La famille/ascendance de Jésus

Pour Matthieu, commencer par une généalogie c’est une façon d’attester l’appartenance de Jésus au peuple élu. Il montre que Jésus est descendant d’Abraham, le père de tous les juifs. Mais en faisant aussi de David son descendant direct, Jésus accomplit ainsi les prophéties de l’AT relatives à la lignée du Messie. Parmi ses ancêtres que remarque-t-on ? On y trouve des héros de la foi (Abraham), des personnes de mauvaise réputation (Rahab), des personnes très ordinaires (Aram) et d’autres très mauvaises (roi Manassé).

Cette généalogie est différente de celles de l’époque du fait qu’il mentionne 5 femmes, chose qui ne se faisait pas à une époque patriarcale où les femmes étaient le « sexe exclu ». Et pas n’importe quelles femmes. Leur intégration posait problème au plan ethnique et éthique : deux d’entre elles ne sont pas d’origine israélite mais d’origine cananéenne (Tamar et Rahab) et moabite (Ruth). Des peuples impurs, exclus aux yeux des hébreux. Il leur était interdit de pénétrer dans le tabernacle ou dans le temple. Mais le nom de ces femmes rappelle aussi des épisodes sordides et immoraux de la Bible. Tamar a dupé son beau-père afin de coucher avec lui, c’est un inceste et donc contraire à la loi de Dieu. Rahab était prostituée en plus d’être cananéenne.

Puis au verset 6 on nous rappelle que Jésus est descendant de David. Et là on se dit « classe comme ancêtre » ! Mais Matthieu écrit « David eu Salomon de la femme d’Urie ». Pourquoi ne pas donner son nom alors qu’on sait tous qu’il s’agit de Bethshéba. En fait, en citant Urie Matthieu veut qu’on se souvienne d’un événement tragique de l’histoire d’Israël. Urie avait aidé David à échapper au roi Saül. Mais des années plus tard il fait tuer ce même Urie pour épouser sa femme. Salomon est le fruit de ce mariage, celui dont descend Jésus.

Alors si Matthieu ne mentionne pas Bethshéba ce n’est pas pour lui faire affront mais plutôt pour faire porter toute la honte sur David. Même les plus prestigieux ancêtres sont d’une grande faiblesse morale.

Donc nous avons dans cette généalogie des personnages moralement douteux pour cause d’adultère, d’inceste, de prostitution, des exclus pour cause de différence culturelles, de race et de sexe. Et pourtant elles sont toutes mentionnées parmi les ancêtres de Jésus. Mt aurait pu faire comme Hérode et trafiquer l’ascendance de Jésus. En effet certains auraient préféré couvrir d’un voile pudique la présence d’ancêtre dont nous préférerions cacher l’existence ! Matthieu, lui, assume totalement ! Qu’est-ce que cela signifie et implique pour nous ?

  1. Comment faire partie de cette famille

Une des bonnes nouvelles de Noël, c’est que ceux qui sont exclus à cause de leur culture, mis au ban de la bonne société, ou même exclus par la loi de Dieu peuvent rejoindre la famille de Jésus. Cette famille n’a rien à voir avec un club VIP, un cercle fermé de personnes triées sur le volet, meilleures que d’autres. Non, ici peu importe vos titres, vos diplômes, vos belles actions. Peu importe aussi vos échecs, vos erreurs, vos fautes passées ou présentes.

Comment fait-on partie de cette famille ? Par la repentance et la foi. La repentance est cette démarche spirituelle dans laquelle l’homme reconnait que je ne peux pas faire partie de sa famille par ma bonne conduite morale et spirituelle mais que c’est uniquement par pure grâce divine.

David était un homme, juif et riche. Mais ce n’est que par grâce qu’il fait aussi partie de la famille de Jésus. Parce que ses mauvaises actions étaient aussi mauvaises voire pires que celles de ces femmes ! Cela signifie qu’il n’y a pas les bons dans la liste et les mauvais en dehors. Dans cette généalogie tous sont au bénéfice de la grâce. Tout comme nous avons tous aussi besoin de la grâce de Dieu. Ce qui est magnifique dans la foi chrétienne c’est qu’en Jésus-Christ, la prostituée et le roi, l’homme et la femme, le juif et le païen, d’une origine ou d’une autre, bon ou mauvais : tous sont égaux, tous également pécheurs, pardonnés, graciés, aimés et accueillis !

En effet Dieu a envoyé son Fils pour qu’il soit le sauveur de tous, juifs et non juifs, hommes et femmes, petits et grands, riches et pauvres. Ce qui compte aux yeux de Dieu n’est pas ce que j’ai fait (de bon ou pas) mais uniquement ce que Jésus A FAIT pour nous. Car seule son œuvre à la croix pour nous nous permet de faire partie de sa famille. La seule condition est de se repentir et de croire.

En effet je fais partie de la famille de Jésus quand je décide de croire en lui et dont la grâce seule couvre notre péché et nous unit à lui. En effet quand je suis uni à Jésus je fais partie de sa famille. Autrefois certaines personnes considérées impures étaient d’une certaine façon « contagieuses ». Il convenait donc de rester à distance. Mais Jésus se mêle à notre humanité. Sa sainteté et sa bonté ne peuvent pas être contaminées par notre impureté, notre péché. En revanche, sa sainteté est contagieuse lorsque nous nous approchons de lui. Qui que nous soyons, quoi que nous ayons fait, aussi sales que nous puissions être moralement, nous pouvons venir à lui et dans notre union avec lui nous deviendrons blanc comme la neige dit Esaïe 1,18.

  1. Une nouvelle (vie de) famille

Dès lors que nous sommes unis à Jésus, nous sommes membres de sa famille. Certains ancêtres de Jésus étaient des pécheurs mais Dieu n’a pas honte de l’ascendance de Jésus. Il n’a pas honte de nous non plus. En Hb 2,11 il est écrit : « c’est pourquoi il n’a pas honte de les appeler ses frères » (dire ensemble : « Dieu n’a pas honte de moi »). Que cette vérité nous habite !

A Noël, les tensions familiales se cristallisent. Noël, fête de famille ? Pas pour tout le monde vous le savez. Tous n’ont pas le même rapport à leur famille (quand ils en ont une). Mais à Noël, ceux qui suivent Jésus se savent appartenir à une autre famille, une famille de gens imparfaits mais aimés la même chose. Nous sommes une famille dans la mesure où à Noël Jésus est venu pour nous offrir une relation d’intimité familiale avec lui et avec le Père. Il n’est pas un Père distant mais qui vient à notre rencontre avec amour et tendresse. Et je prie que vous soyez visités et renouvelés par son amour et sa tendresse. Que vous la désiriez et qu’elle devienne réalité pour vous et qu’elle vous remplisse de joie et donne un sens nouveau à votre existence.

La conséquence de cela c’est qu’au travers de lui vous pouvez aussi avoir une nouvelle intimité avec celles et ceux qui vous entourent ce matin (regardez-vous !). Si ta vie de famille n’est pas terrible, souviens-toi qu’à Noël, Jésus te fait membre d’une autre famille, il t’offre des frères et sœurs, des pères et des mères qui ont le même besoin que toi d’être aimés et qui savent avoir besoin de sa Grâce !

Pour conclure : Noël est une invitation à nous ouvrir les uns aux autres et surtout à nous accueillir les uns les autres. Oui, nous accueillir comme membres de cette famille indépendamment de nos origines culturelles, sociales et religieuses, performance, réussite ou échecs. A Noël, accueillons Christ dans notre vie, soyons unis à lui, et laissons grandir en nous un nouvel esprit de famille en nous accueillant les uns les autres avec humilité, amour et grâce ! N’est-ce pas ainsi que Jésus est venu et nous accueille comme membre de sa famille ? Amen + prière

 

Pour aller plus loin : et si à Noël, je cultivais une relation nouvelle avec des membres de l’Eglise que je connais moins ? Que puis-je faire pour cultiver un esprit de famille dans ma communauté ? Demande à Dieu de développer en toi humilité, amour et grâce.

2018-12-31T10:21:15+00:00
X