Bulle 5/08/18 – 1 Co 3,21 à 4,7 (d’après le livre de Keller La liberté dans l’oubli de soi)

Lu avant les vacances ce livre de Keller, la liberté dans l’oubli de soi. Je trouvais bien de vous en partager le contenu.

Contexte : l’Eglise de Corinthe souffre de divisions. Des clans se sont créés et les causes en sont l’orgueil et la vantardise car certains responsables se réclament de l’apôtre Paul et utilisent leur relation pour surenchérir face aux autres dans l’Eglise. Ce passage nous montre comment l’Evangile a transformé Paul et son sens de l’estime de soi, l’opinion qu’il a de lui-même et son identité. Ce texte peut nous y aider aussi. Voyons 3 choses ce matin.

  1. La condition naturelle de l’ego humain (1 Co 3,6)

Paul dit « ne vous enflez pas d’orgueil ». Le mot utilisé pour orgueil (5x en 1 Co) signifie littéralement « être trop gonflé, enflé, distendu, au-delà de sa taille appropriée », prêt à éclater à cause d’un trop plein d’air. Paul suggère 4 choses à propos de l’ego humain.

 

Il est vide. Il n’y a rien en son centre. La fierté spirituelle consiste à vouloir remplir ce vide, à se valoriser, chercher un sentiment de valeur, à trouver un but suffisamment grand pour donner un sens à sa vie, à bâtir son identité avec et autour de quelque chose qui n’est pas Dieu. Tout ce qu’on met au centre de la place prévue à l’origine pour Dieu sera évidemment toujours trop petit.

 

Il est douloureux. Avez-vous remarqué que votre orteil (ex) n’attire l’attention sur lui que lorsque quelque chose ne va pas (sinon on y pense pas) ? L’Ego est douloureux car il attire l’attention à lui chaque jour. On est souvent blessé dans notre ego à cause de la perception que nous avons de nous-mêmes. Mon ego ne me ferait pas mal s’il n’y avait pas déjà quelque chose qui n’allait pas. Il y a quelque chose qui ne va pas avec l’opinion qu’on a de soi-même. Cela se traduit pas un complexe d’infériorité soit de supériorité, dans les deux cas ce n’est pas bon.

 

Il est affairé. « Que personne ne s’enfle d’orgueil en prenant parti l’un contre l’autre ». L’ego essaie de remplir son vide et de traiter sa gêne notamment en se comparant aux autres. La fierté est de nature compétitive. On est fiers et on se vante toujours par comparaison avec ce que les autres ont ou n’ont pas. Si vous ôtez l’élément de compétition, l’orgueil s’enfuit aussitôt. De même nous faisons parfois des choses non pour le plaisir mais pour avoir un CV qui satisfait notre ego et pour remplir notre sentiment d’insuffisance et de vide. Montrer qu’on est quelqu’un.

 

Il est fragile. Toute chose trop gonflée est en danger d’être dégonflée comme un ballon trop rempli d’air. Si nous sommes uniquement remplis d’air et non remplis de quelque chose de solide, qu’on soit trop gonflé (fierté) ou dégonflé (mauvaise estime de soi) revient au même. L’un dans l’autre ça rend notre ego fragile.

Lire exemple MADONNA. Madonna a toujours besoin d’être quelqu’un. Après un show elle pense être qqun mais elle réalise dès le lendemain qu’elle n’est personne si elle ne continue pas. Notre ego n’arrive pas à être satisfait, il est insatiable. Pour Madonna, ce n’est jamais assez. Le vide n’est pas comblé.

  1. L’opinion de soi transformée (1 Co 4,1-4)

L’ego de Paul n’est pas trop gonflé (fier et ayant besoin de se vanter), ni dégonflé (mauvaise estime de soi). Il est simplement rempli de qqch de solide. Il dit qu’il accorde peu d’importance au fait d’être jugé par les autres, de recevoir leur approbation. Il se fiche de devoir être quelqu’un. Son identité, l’estime de lui-même ne dépendent pas de ce que les autres pensent de lui. Il ne se laisse pas juger par les autres. Il est libre par rapport à cela.

Mais il dit qu’il ne se laisse pas juger par lui-même non plus. Car Paul se sait aussi pécheur (1Tm 1,15) : « Jésus-Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs. Je suis moi-même le 1er d’entre eux ». S’il se laissait juger par lui-même il déprimerait et sombrerait dans une faible estime de lui. Si vous pensez être une personne mauvaise, vous n’avez pas d’assurance. Notre ego ne sera jamais satisfait de cette manière. Pourtant il a bonne conscience dit-il ?! Mais à ceux qui voudraient se vanter de leur bonne conscience il rappelle que celle-ci ne fait pas de vous une personne juste/bonne (Hitler avait bonne conscience)

Alors comment Paul peut-il avoir autant d’assurance, avoir un tel équilibre et affirmer qu’il est le pire des pécheurs ? Pourquoi n’est-ce pas aussi facile pour nous ? Parce que nous nous laissons juger par les autres et nous jugeons nous-mêmes. Or Paul dit : oui je suis pécheur, très au courant de mes péchés MAIS…je n’associe pas mon péché à moi-même ni à mon identité. Mes péchés et mon identité ne sont pas liés. Ce que je fais de bon ou ce que je fais de mal, je refuse de le lier à mon identité. Paul ne tire pas son estime de lui ni son identité de lui-même. Qu’il fasse quelque chose de bien ou de mal, il ne l’associe plus à lui-même. Il la reçoit d’un autre…

Son ego est arrivé au point où il n’attire plus l’attention sur lui-même. Il ne pense plus à lui-même. Le propre d’une personne remplie c’est qu’elle n’est pas centrée sur elle, elle n’attire pas l’attention sur elle-même sans arrêt. Elle arrive à vivre sans que tout soit centré sur elle. L’humilité consiste à arrêter d’associer chaque expérience, chaque conversation avec soi-même. En fait, c’est simplement arrêter de penser à soi. Une personne humble est une personne qui s’oublie. Une personne dont l’ego ressemble à un orteil : il fonctionne. Il n’attire pas l’attention sur lui-même ! C’est pourquoi Keller appelle son livre la liberté dans l’oubli de soi.

Pour savoir où vous en êtes faites le test : êtes-vous facilement blessé par la critique ? La personne qui s’oublie ne sera pas particulièrement blessée par la critique. La critique ne lui fait pas mal parce qu’elle accorde peu d’importance à ce que les autres pensent. Cela ne veut pas dire qu’il s’en fiche. Mais elle écoute et peut voir désormais la critique comme une opportunité de changer. La personne qui s’oublie n’a pas non plus besoin des honneurs comme condition à une bonne estime de soi.

Comment Paul arrive-t-il à être dans l’oubli de soi, à dépasser la critique et à ne pas avoir besoin des honneurs ?

  1. La manière d’obtenir une opinion de soi transformée

Paul utilise le langage du tribunal. Ceux qui souffrent d’une estime de soi faible sont comme dans un tribunal. Ils sont là à devoir fournir des preuves tant à la défense qu’à l’accusation. Nous attendons le verdict comme quoi nous valons quelque chose. Nous cherchons tous le verdict ultime que nous sommes importants et précieux.  Mais Paul dit en somme que le procès est derrière lui, il est sorti du tribunal, c’est du passé, c’est fini, le verdict ultime est déjà en vigueur. Pourquoi ?

Parce que Jésus est allé au tribunal à ma place. Il a subi le procès qui aurait dû être le nôtre pour que nous n’ayons plus à subir de procès. Rm 8,1 dit « il n’y a maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ ». A cause de ce que Jésus a accompli à la croix, Dieu te dit « Celui-ci est mon fils, qui a toute mon approbation ». Ecoutez bien cette vérité : seule l’opinion du Seigneur compte. Il est la seule personne dont l’opinion compte. Il me regarde et trouve que je suis plus précieux que tous les bijoux du monde. Dites-le vous à vous-même !

Chers amis, avec Jésus le verdict est tombé. Je peux agir sur la base de ce verdict. Dieu m’aime et m’accepte non en vertu de ce que je pourrais faire mais en vertu de ce que Jésus a fait. Les athées et les adeptes d’autres religions (bouddhisme, islam…), les personnes comme Madonna essaient d’être de bonnes personnes par leurs performances. Elles espèrent recevoir le verdict qui confirme qu’elles sont de bonnes personnes. Mais Paul dit que c’est le verdict du Christ sur nous qui conduit à la performance.  Pas l’inverse. Avec lui on reçoit le verdict avant même la performance. Quelle libération. Cela s’appelle la grâce et je crois qu’une personne qui n’est plus centrée sur elle est la marque d’un cœur transformé par la grâce de Dieu.

Du coup je n’ai pas besoin de faire des choses pour enrichir mon CV et pour impressionner. Je peux aider des gens pour aider des gens et non pour me sentir mieux ou remplir un vide. Je n’ai plus à me soucier d’être repoussé ou ignoré ou porter autant d’attention à ce que je ressemble dans le miroir ! Je prie que chacun puisse jouir d’une identité et d’une estime de soi qui se fonde sur l’œuvre de Jésus-Christ. Ne revenons pas au tribunal, le procès est clos !

Prière

2018-08-06T15:59:48+00:00
X