Secrétariat : 026 913 00 72

Cultes tous les dimanches à 10h au Temple

Église Évangélique Réformée

paroisse de Bulle – La Gruyère

Prédication sur Ac 10.1-20 et 34-35 / 1Pi 2,9-12 et Ps 34,3-4a

Quand Dieu profite d’une crise pour bouger nos barrières intérieures.

Chers amis en Christ,

Voilà la 12e semaine que nous vivons le culte par internet. C’est plutôt révolutionnaire. Des Eglises contraintes à rester vide. Ne nous plaignons pas, car d’autres ont aussi été contraints de fermer et avec des conséquences autrement plus dramatiques. Cette période aura suscité d’autres manières d’être ensemble, certains se montrant très créatifs. Mais, il serait triste de revenir à la normale et de passer sur cette interruption comme chat sur braise.

Dans le récit des Actes que nous avons lu, il va se passer, pour Pierre et la jeune Eglise, quelque chose de l’ordre de la redéfinition des barrières sociales. Après un temps de persécution, les chrétiens se sont dispersés dans les régions périphériques, loin de Jérusalem. La redéfinition des barrières géographiques va amener une redéfinition des barrières relationnelles. Et le Saint Esprit va utiliser ces événements pour gentiment redéfinir les barrières de perception, celles qui donnent une sécurité à notre jugement, qui façonnent la vision du monde des 1ers chrétiens[1].

Cet épisode de la vie de Pierre va amorcer un profond changement dans sa vision du monde. Le Saint Esprit donne une extase à Pierre. Le mot extase signifie littéralement que Pierre est mis hors de sa position debout. Il est arraché à son fondement. Nous avons tous nos fondements qui orientent nos choix, nos actions, le regard porté sur autrui ; nous jugeons des situations et des gens à partir de fondements. Nous évaluons ce qui est dangereux à partir d’eux, etc. Ici, Pierre est arraché à ses fondements, à ce qui lui permet de dire : celui-ci est sauvé, celle-là non ; celle-ci est juste, celui-là injuste ; ceci est adéquat, cela est inadéquat. La grille d’évaluation, le radar intérieur qui construit nos barrières sociales.

J’aime Pierre. Il se laisse interroger, il se met à réfléchir à tout ce que cela pourrait bien signifier. Il commence à accueillir ce nouveau critère de distanciation sociale : Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme sale (Ac 10,10). Puis, gentiment il pourra dire : Dieu m’a montré que je ne devais considérer personne comme impur ou indigne d’être fréquenté (Ac 10,19). Et en même temps, cette nouvelle réalité va prendre du temps pour descendre au fond de son cœur et il sera parfois tenté de revenir à son ancienne manière de fonctionner[2].

Un théologien disait que le vide forcé de nos églises devrait nous interroger sur l’avenir de nos Eglises[3]. Il disait que cela peut être occasion de nous interroger sur notre manière d’être Eglise. Dans les Actes, une crise, une persécution met en marche un processus qui va modifier les valeurs orientant les 1ers chrétiens. Le 1er pas auquel ils sont invités consiste à cesser de se critiquer et se catégoriser les uns les autres : les bons chrétiens c’est les circoncis qui mangent casher, les autres c’est des mécréants ; les bons chrétiens c’est ceux issus du judaïsme, de la tradition, les autres… ces nouveaux arrivés… qu’ils restent loin, dehors. Ce genre de raisonnement sous-tend au fond de nous l’envie de convertir l’autre, de lui faire comprendre que c’est nous qui avons compris, mieux que lui. Cela aboutit à un christianisme dogmatique, doctrinal.

Pierre découvre que l’autre est aimé de Dieu, car cet autre qui est différent, à sa manière à lui, cherche Dieu. Il cherche. Et Pierre finira transformé en profondeur. J’en veux pour preuve sa 1ère lettre : elle s’adresse à des chrétiens qui sont incompris, voire discriminés dans leur lieu de vie. Et contrairement aux lettres de Paul qui contiennent toujours une longue introduction doctrinale, celle de Pierre se concentre non sur la doctrine, mais sur le témoignage de vie. Pierre ne cesse pas de dire: Vivez de manière à ce que ceux qui vous entourent voient en vous quelque chose de Dieu : rendez le bien pour le mal, souffrez injustement si nécessaire. Soyez lumière dans la nuit. Votre vie et non votre doctrine sera témoignage et peut-être interpellation pour l’autre.

Il est des moments où ce n’est pas la doctrine qui doit primer, mais le vivre ensemble. Il est de moments où ce n’est pas les idées qui doivent parler, mais le vivre avec, l’être avec. Jésus nous invite à être sel ou lumière, voire à ressembler à une ville sur une colline. La lumière ne fait pas de discours, elle est, elle brille en étant elle-même. Le sel ne fait pas de théorie, il agit en étant qui il est. La ville sur la colline attire le regard de par sa simple présence.

Il se peut que parfois nous limitions Dieu à notre doctrine. Mais Jésus a fait voler en éclat la doctrine des croyants de son temps en s’adressant à tous ceux et celles qui étaient affamés de vérité, de sens, d’amour, non pour leur donner une leçon de catéchisme, mais pour leur témoigner un avant-goût de la bienveillance et de la bonté de son Père[4].

Bien sûr, cette qualité d’être avec, de briller au milieu de notre monde, d’être témoin d’un amour plus grand que celui dont nous sommes naturellement capables, elle s’ancre dans l’amour que Dieu a pour nous, cet amour reçu et expérimenté par nous. Cela ne peut surgir de nous que si nous sommes reliés intimement à Jésus.

Alors, lorsque la vie communautaire paroissiale reprendra, souvenons-nous de toutes les frustrations ressenties durant le confinement imposé aux Eglises. Ne passons pas de dessus comme chat sur braises. Mais laissons le Saint Esprit nous montrer ce qu’il veut changer dans notre vivre ensemble en Eglise, en quoi il veut que nous repensions nos barrières socio-religieuses ou socio-théologiques.

Amen.

 

 

 

 

 

[1] Je suis conscient de faire un peu un raccourci.

[2] Comme à Antioche où il se fait remonter les bretelles par Paul, car à un moment donné il ne veut plus fréquenter les non-juifs

[3] Tomás Halík.

[4] Jésus a affirmé la primauté de la Parole de Dieu, mais pas de la doctrine qui en était issue. Il passe outre les règles de pureté, par ex. Il écarte tout ce qui l’empêcherait de rencontrer les autres, que cela soit les règles de pureté, les règles morales et les règles concernant le sabbat.

 

Inscrivez-vous à notre bulletin d'information

Vous recevrez par mail les informations utiles et importantes de notre paroisse, ainsi que des messages de la part de nos pasteurs (prières, méditations, ...)

Votre inscription nous est bien parvenue. A bientôt !

X