Prédication sur Jer 13,11 / 31,31-34 / Jn 14,16-20 / 1Co 12,1-3 bfc.

Le St.Esprit, divin joaillier faisant de nous la parure de Dieu.

Notre monde a-t-il besoin de prophètes? C’est la question qui fut posée lors d’un congrès faisant l’état des lieux du christianisme français[1]. Celui qui est l’équivalent du responsable de la campagne de Carême en France a donné cette réponse : Oui, parce que nous sommes des êtres à la mémoire courte et des êtres aux appétits profonds. Magnifique définition de l’humanité occidentale actuelle, habitée par une soif profonde de sens à la vie, de spiritualité, et en même temps si oublieuse de ses racines. Jérémie aurait peut-être fait le même constat : en effet, il est le porte-parole de Dieu qui souffre que son peuple l’ait oublié. Et en même temps ce Dieu qui souffre et qui ne parvient pas à s’y résoudre promet un temps nouveau, une alliance nouvelle où il renouvellera dans le cœur des siens le lien les unissant à Lui. Cette génération qui a oublié qu’elle est le peuple de l’Eternel retrouvera ce lien qui sera inscrit non dans une loi, mais dans son cœur par le St. Esprit.

Jésus nous dit que le St. Esprit est celui qui non seulement nous rappelle ce qu’il a dit, il continue à nous parler de Sa part et il prend ce qui est à Lui pour nous le donner. Le St. Esprit est celui qui veut rafraichir notre mémoire et nourrir notre appétit profond en nous communiquant le cœur de Dieu, son regard, sa pensée, et sa sagesse. Le St. Esprit est celui qui nous permet de dire Jésus-Christ est Seigneur[2], et pas seulement de le dire, mais de le croire ; pas seulement de le croire, mais de vivre et de le rayonner ; de retrouver la conscience que nous sommes le peuple de Dieu, le nom de Dieu, la louange de Dieu et la splendeur, la parure de Dieu, pour utiliser les mots du Seigneur, transmis par Jérémie. Prenons un instant pour réfléchir à ça.

Par Christ, nous sommes le peuple de Dieu. Dans l’histoire ancienne et actuelle, on se réclame peuple de Dieu pour justifier guerres et violences et se croire meilleur. Je ne suis pas sûr que cela fasse très plaisir au St. Esprit. Etre peuple de Dieu c’est lui appartenir, c’est faire partie de sa famille par notre baptême. C’est un lien, une attache au sens positif. Le St. Esprit crée ce lien. Parce que le St. Esprit c’est Dieu, c’est Christ en toi, en moi, en nous. Sa présence au cœur de notre être. Tel un soleil qui veut nous réchauffer dans notre besoin d’amour et de pardon et d’appartenance. Ce lien nous révèle soudain que notre appétit profond ne peut être satisfait que par sa présence mystérieuse.

Cette présence plus forte que nos doutes, plus forte que nos impressions de son absence, plus forte que nos désobéissances. Cette présence d’amour qui procure paix et espérance. Cette présence qui me dit que Jésus est Seigneur malgré tout. Que sa bonté ne cesse pas devant mes faux-pas. Que son pardon ne cesse pas devant le mal que je commets. Ce lien ne fait pas de nous des gens meilleures que d’autres, mais nous remplit d’humilité. Ce lien nous confère une responsabilité.

La responsabilité d’être à notre tour pour notre prochain ce qu’Il est pour nous ; d’être son Nom sur terre. Le Nom en hébreu ce n’est pas le patronyme, le nom de famille. Le Nom c’est la personne même, c’est qui  elle est. Etre marqué du nom du Père, du Fils et du St. Esprit, c’est être appelé à devenir son reflet, son ambassadeur. Pourquoi Dieu se lamente-il dans Jérémie face aux multiples trahisons de son peuple ? Parce que son peuple ne reflète pas qui est son Dieu dans son comportement et sa manière d’être. Le Seigneur a choisi de se révéler par nous. Nous sommes sa parure : c’est quoi la parure ? C’est ce que je revêts pour être beau ou belle aux yeux des autres, ce que je mets pour attirer l’attention sur moi. Relisons notre vie pour voir quel genre de parure nous sommes pour Dieu…. C’est pour ça, entre autres, que Jésus dit que le monde reconnaîtra que nous sommes ses disciples à l’amour que nous nous portons les uns aux autres. Se révéler par nous pas en parole seulement, mais par notre être, notre manière d’être. On faillit souvent à cette mission… nous sommes en chemin… c’est bien pour cela que nous avons besoin du St. Esprit. Par nous-mêmes ce n’est pas possible. Laisser Jésus s’exprimer par nous… c’est pour cela que nous avons besoin du St. Esprit et qu’Il nous est donné. Nous fêtons ce don aujourd’hui. Le but du St. Esprit c’est que les autres devinent que Jésus est en nous en nous voyant. Ils ne pourront pas forcément l’exprimer avec des mots… mais ils se diront : un tel, une telle est spécial.

En fait, porter, refléter le Nom du Seigneur Jésus c’est aussi être Sa louange et sa parure, sa splendeur. Le St. Esprit en nous veut qu’on voie que nous portons non du Chanel ou du Lacroix, mais Christ Jésus. Je vous dis cela avec tremblement car je ne suis que trop conscient que moi aussi je faillis à cette responsabilité très souvent. Et sans doute que nombre d’entre nous ressente la même chose. C’est salutaire car cela nous permet d’exercer à l’égard d’autrui la grâce dont nous avons-nous-même besoin et qui nous est accordée généreusement par Christ Jésus.

Oui nous avons besoin du St. Esprit pour être des chrétiens qui vivent une foi prophétique, une foi qui fasse de nous des porteurs de Jésus, des gens habités par Jésus, des gens disponibles à laisser Jésus s’exprimer en eux et par eux. Nous avons besoin du St. Esprit pour porter dignement le nom de notre Dieu et être sa parure, son rayonnement, sa beauté ici bas, dans ce monde à la mémoire courte et aux appétits profonds.  Amen.

 

 

[1] Les Etats généraux du christianisme, en octobre 2012 à Strasbourg. Je me réfère à un article-entretien publié sur www.temoins.com/notre-monde-a-t-il-besoin-de-prophetes, le 15 déc. 2012, avec M. Guy Aurenche directeur CCFD-Terre solidaire.

[2] 1Co 12,3.

 

 

2018-05-25T12:20:42+00:00
X