Secrétariat : 026 913 00 72

Cultes tous les dimanches à 10h au Temple

Église Évangélique Réformée

Paroisse de Bulle – La Gruyère

Prédication sur Ez 27-28 extraits / Esa 20,20-22 / Pro 24,12 / Ga 5,6

Mettre de l’eau dans son vin. Non quand il y a perte d’identité.

Chers compagnons et compagnonnes en Christ,

Mettre de l’eau dans son vin, voilà une expression qui n’est pas forcément du goût des prophètes de l’Ancien Testament.

Mettre de l’eau dans son vin, c’est la spécialité suisse : la culture du compromis. Il est vrai que pour vivre ensemble, cohabiter à 26 cantons et 4 langues différentes c’est important. Mettre de l’eau dans son vin permet le vivre ensemble. Mettre de l’eau dans son vin permet aussi de relativiser nos différends. Mettre de l’eau dans son vin c’est parfois faire preuve de charité, c’est favoriser la paix. On pourrait dire que c’est une qualité. Notre culture suisse du compromis est qqch de précieux quand il s’agit de favoriser le vivre ensemble dans la paix et la justice.

Par contre, il y a une façon de mettre de l’eau dans son vin que la Bible fustige. C’est quand on veut plaire à tout le monde par crainte pour ses propres intérêts. Ménager la chèvre et le chou. Cela conduit à une perte d’identité, une perte de substance. Esaïe n’y va pas avec le dos de la cuillère : 22  Jérusalem, tu fais penser à un argent dégénéré, à un grand vin coupé d’eau. 23  Tes princes sont des agitateurs, ils sont complices des filous, tous amateurs de cadeaux, coureurs de pots–de–vin, violant les droits de l’orphelin, sourds à la plainte de la veuve. La Suisse est aussi championne en la matière, surtout quand il s’agit de ses intérêts économiques. Fermer les yeux sur les violations des droits de l’homme perpétrées par des pays dont nous voulons ménager la susceptibilité afin d’avoir accès à leur marché. Pensez à la Chine, à l’Arabie Saoudite, à la Turquie. Fermer les yeux sur les violations des droits de l’homme par certaines multinationales, afin de ne pas voir leurs sièges et donc leurs impôts s’en aller. C’est ce que dénonce l’initiative pour des multinationales responsables, soutenue par toutes les Eglises suisses.

Les amateurs de vin diront que mettre de l’eau dans un grand vin est un crime. Tu ne vas pas couper à l’eau un Château Mouton Rothschild. Pourquoi ? Parce que tu lui ferais perdre son identité, sa substance, sa force, sa saveur, toute sa richesse, tout ce qui a fait de lui ce qu’il est.

Les prophètes nous mettent en garde : nous pouvons mettre de l’eau dans ce qui fait la force de nos valeurs et de notre identité chrétienne. Comment cela se passe-t-il ?

Ezéchiel, Esaïe et Deutéronome nous éclaire à ce sujet.

Ezéchiel fait le portrait de la ville phénicienne de Tyr qui ressemble à notre Suisse actuelle : prospérité, centre de la finance, plateforme d’échange commerciale, poursuite de l’excellence et de la perfection. Intelligence et sagesse ont apporté richesse et ordre. Tyr, une seule ville dont les bateaux allaient jusqu’au-delà du détroit de Gibraltar. La Suisse un petit pays aux relations étendues. Deux pays qui, à un moment donné, choisissent de fermer les yeux sur la misère qui est à l’origine de certains de leurs revenus, payés en esclaves. Les esclaves des temps modernes ce sont ces populations spoliées de leur eau, de leur air, de leur forêt, de leurs rivières, de leurs habitations, de leur santé par certaines grandes compagnies comme le géant minier Glencore basé en Suisse. Ce sont ces populations exposées à des pesticides et autres poisons interdits en Suisse mais exporté ou produit là-bas par certaines entreprises suisses. Comment se fait-il que la Suisse tolère ailleurs des agissements de ses entreprises qu’elle interdit chez elle ? C’est toute la question soulevée par l’initiative.

C’est le propre d’un gouvernement qui s’efforce de servir son pays, mais qui a peur de froisser des intérêts financiers énormes. Faire passer le profit et le qu’en-dira-t-on avant l’intégrité. C’est une des explications.

La 2e explication. La perte d’identité, la perte de substance dans notre vie chrétienne individuelle ou collective vient de l’oubli de notre passé, nous ne nous souvenons plus d’où nous venons. Deutéronome est clair : une fois prospère, n’oublie que tu étais avant esclave. N’oublie pas d’où tu viens. N’oublie pas que tu aurais pu naître là-bas… là où l’injustice et l’arbitraire règnent.

Comme chrétien, n’oublie pas de quoi la mort de Christ en Croix t’a libéré. N’oublie pas que tu es bénéficiaire de la grâce de Dieu, de son amour que tu ne mérites pas plus que ces hommes et femmes abusés à l’autre bout du monde. N’oublie pas la grâce de Dieu… fondement de ta vie… source de ta paix… rocher de ton identité d’enfant de Dieu bien-aimé. N’oublie pas cette grâce qui n’est rien si elle est gardée pour soi, qui n’est rien si tu ne la donnes plus loin. N’oublie pas cette grâce qui t’est faite, pas seulement de l’amour de Dieu et de son pardon, mais de cette prospérité… appelée à bénir autrui et non à se construire sur la misère d’autrui.

Cette grâce, cet amour, cette prospérité lorsqu’ils sont gardés juste égoïstement pour soi font de nous des gens indifférents. L’indifférence nous rend arrogants. L’arrogance nous rend opportuniste. L’opportunisme c’est la perte de notre substance. C’est un grand vin qui a perdu sa couleur et son goût.

Mettre de l’eau dans son vin, dans la vie chrétienne, nous fait courir le danger de croire que ce qui donne du prix à la bouteille c’est son étiquette et non son contenu. C’est un peu le drame du christianisme actuel. Si dans la bouteille d’un Château Rothschild il n’y a que de l’eau, alors ce Château Rothschild perd sa crédibilité.

C’est ce que Paul essaie de dire aux Galates : votre religion, votre religiosité, votre piété n’ont aucune valeur en soi… ce qui a de la valeur aux yeux de Jésus c’est votre foi agissante par l’amour. Une foi qui agit par amour. Une foi qui ne peut donc rester indifférente. Une foi qui rend sensible à l’autre. Une foi qui ouvre à la compassion. Une foi qui engage en responsabilité. Encore plus aujourd’hui qu’il y a 2000 ou 2600 ans, parce qu’aujourd’hui nous sommes informés, nous ne pouvons pas dire que nous ne savions pas.

Mettre de l’eau dans le vin de notre foi c’est oublier de qui nous sommes les représentants, de Jésus le Christ, de Dieu qui est amour et justice.

Il y a une façon de faire des compromis qui est condamnée par la Parole de Dieu : c’est quand nous faisons des compromis avec la règle d’or pour sauver des intérêts propres. Cette règle d’or qui nous dit : tu agiras avec les autres comme tu aimerais qu’on agisse avec toi et tu ne feras pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse à toi.

Ne frelatons donc pas le contenu et la substance de notre foi. Jésus nous y invite quand il dit : Heureux ceux qui ont le cœur pur, le cœur non-divisé, car ils verront Dieu.

Les votations du 29 novembre nous invitent à réfléchir à cette question : le grand vin de notre foi est-il authentique, ou coupé à l’eau ? Notre christianisme personnel est-il dégénéré ? Sommes-nous complices des filous qui rôdent autour de nous ? Notre foi est-elle agissante par l’amour ?

Amen.

 

Lectures bibliques

Ez 27 1 La parole de l’Éternel me fut adressée en ces mots : 2  Toi, fils d’homme, Entonne sur Tyr une complainte !  3  Tu diras à Tyr : O toi, Commerçante des peuples, tournée vers un grand nombre d’îles ! Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Tyr, tu disais : Je suis parfaite en beauté !

4  Ceux qui t’ont bâtie t’ont rendue parfaite en beauté. 6  Ils ont pris un cèdre du Liban Pour t’élever un mât ; Ils ont fabriqué tes rames avec des chênes et tes bancs avec de l’ivoire.

8  Les habitants de Sidon et d’Arvad Étaient tes rameurs, Et les plus experts du milieu de toi, ô Tyr, Étaient tes matelots.

12  Ceux de Tarsis trafiquaient avec toi, Pour tous les biens que tu avais en abondance ; Ils pourvoyaient tes marchés D’argent, de fer, d’étain et de plomb.  13  Yavân, Toubal et Méchek commerçaient avec toi ; ils donnaient des esclaves et des objets de bronze en échange de tes marchandises. (…).

22  Les commerçants de Saba et de Raema Faisaient leur commerce avec toi ; Ils pourvoyaient tes marchés de tous les meilleurs aromates, de toute espèce de pierres précieuses et d’or. 24  Ils faisaient avec toi le commerce de luxe.

28 1  La parole de l’Éternel me fut adressée en ces mots : 2  Fils d’homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Ton coeur a été arrogant, tu as dit : Je suis dieu, Je suis assis sur le siège des dieux, au coeur des mers ! Mais toi, tu es homme et non dieu, Et tu prends ta pensée pour la pensée de Dieu. (…).

4  Par ta sagesse et par ton intelligence Tu t’es acquis des richesses, Tu as acquis de l’or et de l’argent Dans tes trésors.

5  Par ta grande habileté commerciale Tu as accru ta richesse, Et par ta richesse ton coeur est devenu arrogant.

15  Tu as été intègre dans tes voies, Depuis le jour où tu fus créé Jusqu’à celui où l’injustice a été trouvée chez toi.

16  Par l’importance de ton commerce tu as été rempli de violence et tu as péché ; Je t’exclus de la montagne de Dieu Et je te fais disparaître, chérubin protecteur, Du milieu des pierres ardentes.

17  Ton coeur est devenu arrogant à cause de ta beauté, Tu as corrompu ta sagesse par ta splendeur ; Je te jette par terre, Je te livre en spectacle aux rois.

Es 20 17  Apprenez à bien faire, préoccupez–vous du droit des gens, tirez d’affaire l’opprimé, rendez justice à l’orphelin, défendez la cause de la veuve.

21 Comment la cité fidèle a–t–elle pu dégénérer en prostituée ? Le droit y était respecté, la justice y était chez elle ; mais à présent, les assassins y sont les maîtres.

22  Tu fais penser à un argent dégénéré, à un grand vin coupé d’eau.  23  Tes princes sont des agitateurs, ils sont complices des filous, tous amateurs de cadeaux, coureurs de pots–de–vin, violant les droits de l’orphelin, sourds à la plainte de la veuve.

Dt 6 12  et lorsque tu mangeras et te rassasieras, garde–toi d’oublier l’Éternel, qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude.  13  Tu craindras l’Éternel, ton Dieu,

Pro 24:11 Efforce–toi de sauver les condamnés à mort, ceux que l’on traîne injustement au supplice. 12  Si tu dis : Je n’étais pas au courant, celui qui examine le fond du coeur sait ce qu’il en est. Il t’observe, il connaît tout, il juge chacun selon ses actes.

Ga 5:6  Car, en Christ–Jésus, ce qui a de la valeur, ce n’est ni la circoncision ni l’incirconcision, mais la foi qui est agissante par l’amour.

 

Inscrivez-vous à notre bulletin d'information

Vous recevrez par mail les informations utiles et importantes de notre paroisse, ainsi que des messages de la part de nos pasteurs (prières, méditations, ...)

Votre inscription nous est bien parvenue. A bientôt !