Prédication sur Ac 1.13-26 (txt annexes : Ex 4.29-31 / Luc 7,14-16 )

Les minus de la Bible – Matthias ou le don de Dieu à son Eglise.

Chers amis,

Te souviens-tu de la dernière fois où tu étais voir un film au cinéma ? Qu’est-ce qui s’est passé pendant le générique de fin ? Bientôt, avant qu’il soit terminé, la lumière s’est allumée. Les gens ont commencé à quitter la salle. Rare sont ceux qui restent jusqu’à la fin du générique. On reste peut-être le temps de voir le nom des acteurs qui ont incarnés les personnages principaux. Mais pourquoi lire la liste interminable des figurants, techniciens, maquilleurs, couturières, etc. Pourtant sans cette liste de noms écrits aussi petits que possible, le film n’aurait pas pu se faire.

Nous aussi, nous nous souvenons des stars de la Bible, des grands personnages et souvent nous ne prêtons pas attention à toute cette liste de figurants et autres personnages de l’ombre. En nous focalisant sur les stars bibliques (Abraham, Moïse, Josué, David, Jérémie, Paul, Pierre etc.), cela nous permet de nous placer nous-mêmes, avec bonne conscience, parmi les petits, les minus, les insignifiants, les figurants, et dégager ainsi notre responsabilité du bon déroulement de l’histoire. Mais, au fait, y-a-t-il des figurants dans le Royaume de Dieu ?

Parmi ces personnages minus, qui avait déjà entendu parler de Matthias ? Que saviez-vous de lui avant la lecture de ce jour ?

Je dois vous avouer que je connaissais bien son nom et pouvais même le relier à Actes 1, mais que je ne savais rien d’autre à son sujet. Et je ne sais toujours rien de plus. Matthias n’apparaît que dans ce passage. Nulle part ailleurs. Matthias c’est vraiment un minus biblique. Un gars apparemment tout normal. Comme nous. Pourtant… son nom… son histoire… Luc s’en est souvenu. Il a accompagné Jésus de son baptême à son Ascension en passant par sa mort et sa résurrection. Son prénom signifie don-de-Dieu.  Après le verset 26, on ne parlera plus jamais de lui. Avant le verset 23, on n’a jamais parlé de lui. Un gars qui fait partie de la longue liste des figurants, du casting nécessaire au bon déroulement de l’histoire, mais pas une star.

Je me suis dit : Tiens… et Luc a retenu son nom. Serait-ce pour nous dire quelque chose ? Serait-ce pour nous rejoindre dans l’impression que nous avons d’être nous aussi des minus. Luc donne de l’importance à ce minus en nous faisant connaître son nom.  Toi qui te sens parfois minus, insignifiant, sans importance aucune, je crois que cet épisode des Actes veut t’encourager. Voyons cela.

Tout d’abord. Le minus Matthias s’appelle don-de-Dieu. Celui que Dieu donne à son Eglise, celui que Dieu donne au monde. Celui que Dieu donne à son Royaume. Celui que Dieu donne pour être témoin de la résurrection de Jésus, nous dit le texte ; pour prendre la charge qui était celle de Judas.

Tu es don-de-Dieu à son Eglise. Tu es don-de-Dieu à ce monde. Creusons un peu. Le mot grec traduit par charge signifie littéralement faire une visite et Jésus l’utilise pour parler de sa propre mission comme étant la visite de Dieu à ce monde. On retrouve l’idée dans le texte de l’Exode quand les Hébreux écoutant Moïse arrivent à la conclusion que Dieu a visité son peuple. Donc… le minus que je suis, le minus que tu es, nous sommes les dons-de-Dieu par lesquels le Seigneur veut visiter son peuple, visiter nos familles, visiter notre région. Nous sommes ceux par lesquels Dieu veut manifester sa compassion, son souci, sa préoccupation, mais aussi par lesquels Dieu veut soulager, aimer, rejoindre, rendre espérance. Tu es celui et celle par qui Dieu veut s’incarner… se rendre présent. Bref visiter.

Tu es don-de-Dieu à ta famille, à ton entourage, à ton Eglise, à ta communauté.

Est-ce bien la réalité que tu vis ? Est-ce bien la conscience que tu as de toi-même ? Ce sera mon 2e point.

Des fois, on se sent chrétien de 2e catégorie. Entendez par là qu’on se compare à des chrétiens expansifs qui ont un tas d’histoires vécues à raconter et on se sent totalement disqualifié, pas à leur hauteur. On se résigne alors à être un chrétien spectateur. Ce qui me touche chez Matthias, c’est qu’il a accompagné Jésus pendant 3 ans sans faire partie des 12 que Jésus a choisi pour être ses plus proches collaborateurs. Matthias suit Jésus avec persévérance tout en ne faisant pas partie du 1er cercle d’amis de Jésus. Il est comme ceux qui auraient aimé parler à Alain Berset lors de son passage à Bulle, mais qui étant juste un M. ou Mme tout le monde n’ont pas eu accès au bonhomme. Nous nous sentons parfois comme ça avec Jésus : croyant qui essaie de suivre, d’apprendre de lui, mais sans accès direct. Matthias, c’est incroyable de voir qu’il reste avec les 12 même après l’Ascension de Jésus : il reste et attend le St.Esprit qui fera de lui un témoin. En fait il n’y a pas de chrétien de 1ère ou 2e catégorie quand le St.Esprit vient sur nous, en nous et nous prend par la main. Matthias semble ne pas se préoccuper de se comparer aux autres : il se soucie juste d’être auprès de Jésus, d’être disciple c-à-d d’écouter le maître et d’essayer de mettre en pratique dans sa vie son enseignement.

Il s’agit juste d’accepter d’être donné par Dieu aux autres. Non pas sur la base de nos compétences, de notre justice ou justesse (vous remarquez que ce n’est pas celui qui a la réputation d’être juste qui est choisi). C’est le Seigneur qui te choisi pour te donner aux autres comme signe de sa présence pour les autres. C-à-d pour être le duplicata de Jésus dans ce monde.

Le 3e point s’adresse à nous comme membre de la communauté paroissiale. Vous remarquez une chose : être choisi par Jésus pour être don de Dieu pour ce monde n’est pas garantie de succès et de fidélité – Judas avait été choisi ; vous remarquez aussi que Pierre ne prononce aucune parole condamnatrice à l’égard de Judas. Il en parle avec beaucoup de dignité. Il ne sait que trop bien qu’il aurait pu, lui-même, être Judas. Notre rôle n’est pas d’évaluer la justesse, la justice, le caractère adéquat ou non de l’autre. Il nous suffit de veiller à ne pas tomber nous-mêmes. Nous sommes appelés à laisser Dieu se soucier de savoir si un tel ou une telle sera fidèle dans sa mission d’être don-de-Dieu pour la communauté et pour les autres. Ni toi, ni moi, ni personne ici présent n’est juste, ou digne de porter la légion d’honneur ecclésiale.  Le Seigneur te choisit pour une raison qui t’échappe et qui peut te paraître folle, pour être son don au monde et à l’Eglise.

Je conclus.

  • Pour qui serai-je don-de-Dieu cette semaine ? Où permettrai-je au Seigneur de me placer comme son don ? Pour qui serai-je visite de Dieu, visite du Seigneur Jésus Ressuscité source de paix et d’espérance ?
  • Qu’est-ce qui m’empêche de me voir ainsi ? Un sentiment d’indignité ou d’incompétence ? Pierre et Judas m’ont précédé…
  • Y a-t-il des personnes autour de moi que je disqualifie, estimant qu’elles sont à côté de la plaque pour être don-de-Dieu ? Au nom de qui est-ce je m’autorise à ce jugement ? Jésus m’appelerait-il à faire un bout de chemin pour adopter le regard du St.Esprit sur les autres ?

Quel privilège et quelle joie : tu es don-de-Dieu pour ce monde et ton voisin l’est tout autant que toi, peut-être même qu’il / elle est don de Dieu pour toi.

Amen.

2018-02-05T15:51:47+00:00
X