Slider

Gratitude. Une nonne zen témoigne.

Joshin Luce Bachoux, nonne bouddhiste zen, nous donne ici son témoignage sur comment la crise, l’épreuve a réveillé en elle la gratitude. Edifiant.

PRENDRE CONSCIENCE

Tous les jours, avant le déjeuner, nous remercions:  D’innombrables labeurs ont permis à cette nourriture d’arriver jusqu’à nous: recevons-la avec gratitude.  Gratitude, le mot est là, c’est le chemin que nous allons suivre. Mettre cette gratitude dans toutes nos actions, à chaque moment de la journée, faire grandir en nous un cœur reconnaissant, voilà le travail que nous nous fixons pour cette période. Ce sentiment existe depuis longtemps pour moi, depuis le premier jour où je suis entrée dans un temple, je crois, et où j’ai découvert que l’on me donnait la possibilité de vivre la vie que je souhaitais, sans rien demander en échange. Faible lumière, d’abord, tournée vers le Supérieur, et les autres monastiques, elle ne s’étendait qu’à ceux qui faisaient partie de mon quotidien. Petit à petit, je pris conscience du soutien que nous offraient les villageois, les visiteurs et je vis que le cercle de ceux que je pouvais remercier s’étendait bien au-delà de ce que j’imaginais.

Prendre conscience : parce que tant de choses me paraissaient évidentes jusque-là, il a fallu que je les perde pour les reconnaître. L’eau chaude, l’électricité, le chauffage… le temple en était souvent dépourvu, en fonction des saisons, du froid ou des typhons, et je restais étonnée en réalisant que j’ignorais qu’il y avait tant de personnes qui veillaient à mon bien-être. Alors la gratitude a grandi devant ce réseau invisible qui m’entourait et je commençais à voir que ce qui me semblait naturel était en fait un cadeau que je devais apprendre à reconnaître et recevoir. N’est-ce pas l’expérience que nous avons tous faite, à des degrés divers, ces derniers temps ?

J’OFFRE MA GRATITUDE À…

Pendant ce confinement, nous essayons de prendre conscience, donc, puisque c’est à partir de là que la gratitude peut grandir, de ce qu’il y a avant : avant le pain, avant la lumière, avant la rue nettoyée et les poubelles vidées, avant les légumes de l’épicerie, avant l’eau qui coule du robinet. Il s’agit de remonter le fil de chaque moment, de tout ce que nous voyons ou utilisons, mais aussi de tout ce que nous avons reçu d’immatériel, la méditation, la joie, les souvenirs heureux, les promesses du lendemain, car tout cela constitue notre vie et tout ce qu’elle contient, du plus petit grain de riz à l’aube claire d’un jour de printemps. Chacune de nous fait une liste chaque soir : J’offre ma gratitude à …  et nous les comparons chaque matin. Il y a tant de personnes à remercier que j’en oublie toujours, car je n’ai pas fini d’ouvrir les yeux sur tout ce qui m’entoure et me soutient.

QU’EST-CE QUE JE PEUX DONNER?

Je peux faire l’effort, particulièrement en ce moment, d’abandonner tout ce que je n’ai pas, car la gratitude me permet de comprendre que je suis redevable à tous les êtres. C’est l’occasion de réfléchir à ce que je peux donner en retour. Je me quitte un petit peu mais je ne perds rien, au contraire : cette gratitude m’emplit et elle me donne le vrai contentement qui apaise le corps et l’esprit.

Le cœur reconnaissant, j’offre ma gratitude au monde.

Source : Les essentiels, La Vie, 23 avril 2020.

1Thessaloniciens 5,18: Rendez grâce en toute circonstance, car c’est la volonté de Dieu à votre égard dans le Christ Jésus.

Compétences

Posté le

07/05/2020

Inscrivez-vous à notre bulletin d'information

Vous recevrez par mail les informations utiles et importantes de notre paroisse, ainsi que des messages de la part de nos pasteurs (prières, méditations, ...)

Votre inscription nous est bien parvenue. A bientôt !

X