Message vendredi saint 2018 – le sang de Jésus nous couvre !

J’espère que vous ne vous sentez pas mal rien qu’à l’idée d’évoquer le sang parce que j’aimerais parler de la signification du sang de Jésus. En effet il est pour nous le gage de notre liberté et une arme efficace dans le combat spirituel que nous menons contre le péché/ennemi.

Quel est le problème ? L’homme est confronté depuis toujours à un sentiment de culpabilité qui nous tourmente et nous paralyse Dans la vie, cette culpabilité est liée à des choses que nous avons faites ou pas faites et qui produisent de la honte ou du regret. Quoi qu’il en soit, la culpabilité qui se trouve en nous est liée à notre rupture de communion avec Dieu (péché). D’ailleurs cette culpabilité s’exprime dans la Genèse par le fait que l’homme se cache de Dieu car il sent bien que quelque chose ne tourne pas rond.

Pour y remédier il y avait dans l’AT tout un système de sacrifices d’animaux dont on répandait le sang sur l’autel pour obtenir le pardon de Dieu. Puis, une fois par an, le Grand-Prêtre aspergeait du sang d’animal le couvercle de l’arche de l’alliance pour le pardon (expiation) des péchés du peuple. Le problème, c’est comme dit Hb 10 « tous ces sacrifices et ce sang ne pouvaient pas ôter définitivement le péché ». Le problème de la culpabilité n’était donc pas vraiment réglé !

Pourquoi par le sang ? Hb 9,22 dit « on purifie presque tout avec du sang et les péchés ne sont pardonnés que si du sang est répandu ». En effet Lv 17,11 dit : « C’est dans le sang que réside la vie d’une créature. Le Seigneur vous autorise à utiliser le sang sur l’autel pour obtenir la pardon en votre faveur ; en effet le sang permet d’obtenir le pardon parce qu’il est porteur de vie ». Autant dire que selon ce système une vie devait être livrée pour une autre vie. L’animal était le substitut qui subissait la mort à la place de l’homme.

 

JB a dit de Jésus : « voici l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ». Il est le sacrifice ultime, parfait et définitif qui nous délivre de toute culpabilité et nous apporte donc la paix, c.-à-d. une conscience pure devant Dieu. Il devient lui-même le substitut qui nous apporte la vie ! Jésus, lors de la cène, prend du vin et dit « ceci est mon sang versé pour tous pour le pardon des péchés »…

Prenons une image médicale : le sang est associé aux blessures et à la mort mais pour nous ce matin le sang a tout à voir avec la vie ! Non seulement il porte la vie mais une de ses fonctions est de nourrir chaque cellule de notre corps. Il nettoie également les déchets et transporte les poisons. De la même manière, le sang de Jésus nettoie les déchets et le poison du péché qui nuisent à notre santé. Notre sang lutte aussi contre des « envahisseurs » étrangers qui attaquent notre corps. Lorsque survient une infection, un signal d’alarme retentit, rassemblant des milliards de globules blancs pour vaincre l’infection.

MAIS si vous peinez à vaincre un virus, le médecin peut vous donner le sang d’une autre personne qui a vaincu ce même virus. Les anticorps du donneur combattent le virus jusqu’à ce que votre corps soit suffisamment armé pour poursuivre son propre combat. Mais comprenons bien ceci :

Vous avez vaincu le virus, non pas par la résistance de votre propre sang, mais à la suite d’une bataille gagnée dans le corps de quelqu’un d’autre ! C’est pareil avec Jésus. « Ceci est mon sang, c’est ma vie que je donne et que vous pouvez partager entre vous pour votre guérison, pour vaincre le problème mortel du péché. Mon Esprit c’est ma vie en toi qui permet de vaincre ce contre quoi tu luttes ».  La bataille que Jésus a gagnée dans son corps peut être transférée au nôtre à travers on sang.

Grâce au sang de Jésus il se passe 3 choses :

  1. Dieu a fait la paix avec moi et je suis réconcilié avec Dieu (Col 1,20)

Quand le sang d’un animal était versé le péché était expié/couverts. En hébreu expier et couvrir ont la même racine. Quand Jésus s’offre en sacrifice, son sang couvre notre péché. Si notre péché c.-à-d. ce qui nous séparait de Dieu est couvert, alors cela signifie que Dieu ne voit plus notre péché. Il ne voit que le sang de son Fils qui le couvre. Quand nous mettons notre confiance dans le sang de Jésus pour être purifiés alors Dieu fait la paix avec nous et nous sommes réconciliés avec lui pour toujours ! Plus de culpabilité !

2. Je suis justifié, c.-à-d. comme si je n’avais pas péché (Rm 5,9)

 

Nous sommes pardonnés, justifiés (dette épongée/casier vierge) car la rançon a été payée pour notre libération. Rm 8,7 : « qui accusera les élus de Dieu ? C’est lui qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort pour nous ! » Cela signifie qu’on peut s’approcher avec assurance, avec confiance du trône de la grâce. Avec confiance signifie littéralement sans honte, avec la liberté de parler.

3. Je suis libéré de la main de l’ennemi et de toutes ses accusations

Puisque notre péché a été couvert, non seulement Satan ne peut plus nous accuser, mais nous ne lui appartenons plus ! L’ennemi n’a donc aucun droit sur nous. Nous sommes la propriété de Dieu, acquise au prix du sang de Jésus. Le sang de Jésus est une arme spirituelle du chrétien.

En Ap 12,11 : « ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage ». Quand l’ennemi nous accuse, nous pouvons mettre le sang de Jésus entre lui et nous. Lorsqu’il nous attaque nous pouvons proclamer, faire appel et invoquer le sang de Jésus. Dans la prière, plaçons-nous (proches) chaque jour sous la protection de son sang comme si nous tirions à nous une couverture spéciale qui nous garde et nous délivre des attaques de l’ennemi. Car souvenons-nous qu’à la croix, Jésus a vaincu l’ennemi de nos âmes.

Conclusion : Faisons confiance dans le sang de Jésus et dans sa puissance. Par lui nous sommes pardonnés, purifiés, justifiés, rachetés, réconciliés et protégés. Soyons reconnaissant pour la croix. Et avec Ap 1,6 nous disons : « A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à Lui soient la Gloire et la Puissance aux siècles des siècles. Amen ! »

 

Pour aller plus loin : de quoi te sens-tu le plus coupable dans ta vie ? Est-ce une bonne culpabilité (invite au changement) ou une mauvaise culpabilité (l’ennemi t’accuse gratuitement) ? Jésus couvre ton péché : quelle attitude avoir à l’égard de Jésus/péché ?

 

2018-03-31T18:28:30+00:00
X